Centrafrique - Environnement : Réunion des experts de la COMIFAC à Bangui

Publié le par Apa

APA Bangui (Centrafrique) La réunion des experts de la Commission des forêts de l’Afrique centrale (COMIFAC) s’est ouverte mardi à Bangui pour préparer les dossiers de la 5ème session ordinaire du conseil des ministres de l’organisation qui se déroulera jeudi dans la capitale centrafricaine.

Au cours de leurs travaux, les experts venus des six pays membres de la COMIFAC (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée-Équatoriale et République démocratique du Congo) vont dresser le bilan des activités de l’organisation avec ses partenaires, élaborer son projet de budget et se pencher sur l’état d’avancement des initiatives concernant les financements pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers de l’Afrique centrale.

«La rencontre de Bangui permettra aux parties prenantes d’apprécier les actions menées par la COMIFAC depuis les assises de Malabo, en Guinée-Equatoriale et d’examiner les plans d’action pour les prochains biennales et autres sujets prioritaires», a déclaré le secrétaire exécutif de la COMIFAC, M. Jonas Na Gahuedi Mbongu Sodi.

Créée à Yaoundé au Cameroun en juin 2002, la COMIFAC est la matérialisation de la « Déclaration de Yaoundé» adoptée trois ans plus tôt par les chefs d’Etat de la sous-région de l’Afrique centrale, en mars 1999, dans le but d’œuvrer de manière concertée à la conservation et à la gestion durable des écosystèmes forestiers du bassin du Congo, deuxième massif forestier tropical de la planète après celui de l’Amazonie, renfermant plus de la moitié de la faune et de la flore africaine.

Unique instance d’orientation, de décision et de coordination des actions et initiatives sous-régionales en matière de conservation et de gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique centrale, la COMIFAC assure le suivi de la déclaration de Yaoundé et veille aussi à la mise en application des conventions internationales et des initiatives de développement forestier dans la sous-région.

La ministre centrafricaine des eaux, forêts, chasses et pêches, chargée de l’environnement, Mme Yvonne Mboïssona, a ouvert la réunion des experts qui doit également se pencher sur les questions liées à la contribution de la redevance forestière dans le développement socio-économique et politique du bassin du Congo, l’accord sous-régional sur le contrôle forestier en Afrique centrale et la feuille de route pour l’harmonisation de la politique forestière ainsi que le programme d’action de lutte contre la dégradation des terres et la désertification.

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article

DEFEIBONA 11/03/2016 13:55

JUSTE UN CONTACT