Centrafrique - Tchad : Derniers ajustements pour la Minurcat

Publié le par Le Point.fr

L'opération Eufor/Tchad-RCA a été lancée au printemps 2008 après le vote à l'ONU des résolutions 1778 et 1834. Il s'agissait de sécuriser avec 3.200 soldats une zone grande comme la moitié de la France et comptant près d'un million et demi d'habitants. Elle se terminera le 15 mars 2009, et l'ONU se prépare à la remplacer par l'opération Minurcat 2 (Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad). Le 15 décembre 2008, le Conseil de sécurité a entendu le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU, Victor Da Silva Angelo, lui expliquer que 6.000 soldats sont jugés nécessaires pour remplacer les 3.200 soldats de l'Eufor. D'après le haut représentant, les effectifs supérieurs à ceux de l'Eufor sont justifiés par la nécessité d'une présence étendue à la région de Sam Ouandha, à 200 kilomètres au sud de Birao, en RCA.

Dans sa résolution 1861, rédigée par la France et adoptée à l'unanimité, le Conseil "autorise le déploiement d'une composante militaire de la Minurcat qui succédera à l'Eufor à la fin du mandat de celle-ci, tant au Tchad qu'en République centrafricaine". Il décide que la Minurcat reconfigurée comprendra au maximum 300 policiers, 25 officiers de liaison, 5.200 militaires et un effectif adéquat de personnel civil. L'ONU est actuellement engagée dans le processus de "génération de forces" qui précède chaque opération, et qui n'est pas encore achevé. Pour l'instant, les changements principaux porteront sur la baisse des effectifs français, qui passeront de 1.500 à 300, qui resteront jusqu'à la fin de l'année 2009. Il assureront essentiellement des fonctions logistiques, participeront à l'état-major de la Minurcat et au soutien du détachement de Birao en Centrafrique.

Kouchner attendu le 15 mars

Sur les 420 Français du bataillon multinational centre de Forchana, 160 resteront jusqu'en juin sous le béret de l'ONU, avant d'être remplacés par un contingent togolais. Élément essentiel du dispositif, le gros hôpital militaire italien installé à Abéché sera remplacé par un équipement équivalent fourni par les Norvégiens. Les Polonais resteront jusqu'à la fin de la saison des pluies, en octobre, avant d'être remplacés par un contingent du Malawi. Les Irlandais vont demeurer dans leur actuelle configuration, et les Russes, dont l'apport a été primordial avec leurs hélicoptères, restent également, de même que les Finlandais et les Autrichiens.

L'état-major du Mont Valérien, qui a dirigé toute l'opération sous l'autorité du général irlandais Patrick Nash, restera en activité jusqu'à la fin du mois de mai et ne fermera ses portes que lorsque le dernier soldat européen sous "bannière" Eufor sera rentré chez lui. Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, qui avait beaucoup oeuvré pour la mise en place de l'Eufor, est attendu au Tchad le 15 mars pour assurer la passation de commandement entre l'Eufor et la Minurcat II.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article