La France priée de changer sa politique en Afrique

Publié le par PANAPRESS

Des journalistes africains travaillant en France ont appelé Nicolas Sarkozy etDans le dernier sondage TNS/Sofres pour le <i>Figaro Magazine</i>, Ségolène Royal&nbsp;obtient 52% de bonnes opinions, contre 44% pour Nicolas Sarkozy.(Montage : RFI) Ségolène Royal, les deux candidats arrivés au 2ème tour de la Présidentielle française, a amorcer un changement dans la relation entre l'Afrique et le continent africain.

"C'est dans l'intérêt des deux parties de revoir les termes de la coopération car l'Afrique et la France ont changé. Les jeunes Africains d'aujourd'hui n'ont pas les mêmes préoccupations que ceux d'avant", a déclaré à la PANA, Louis Magloire Keumayo, président de l'Association de la presse panafricaine (APPA).

"Il faudra probablement que le successeur de Jacques Chirac apprenne à discuter avec cette génération qui réclame plus de respect que d'amour ou de paternalisme de la part de la France", a-t-il ajouté.

Pour Lanciné Camara, président de l'Union internationale des journalistes africains (UIJA), "il faut tout remettre à plat, tout recommencer, faire une sorte de big bang, que la France cesse de nous infantiliser. Il faut que l'Afrique soit un partenaire".

Le président de l'UIJA a appelé également le candidat qui sera élu à l'arrêt de soutien à toutes les dictatures sur le continent et à favoriser non seulement le retour des cadres dans leurs pays mais également leur sécurisation.

Nicolas Abena, membre du bureau exécutif de la Ligue des journalistes africains (LIJAF), souhaite "un changement radical mais par une discussion courtoise, polie et sans heurts".

"Que ce soit la Droite ou la Gauche au pouvoir, ce n'est pas une chance pour l'Afrique. Ce qu'il nous faut, c'est une discussion d'égal à égal, que les hommes politiques français oublient cette notion de supérioté dans leurs rapports avec l'Afrique", a-t-il affirmé à la PANA.

Publié dans SOCIAL

Commenter cet article