Centrafrique : le Conseil des droits de l'Homme appelle à prendre des mesures

Publié le par Afp

GENÈVE (AFP) — Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU s'est inquiété lundi de la situation en République centrafricaine (RCA) et appelé ce pays à prendre des mesures pour rétablir la sécurité dans le Nord, faire respecter les droits des femmes, empêcher le recrutement d'enfants soldats.

Lors d'un débat d'une quarantaine d'Etats dans le cadre de la procédure "d'Examen périodique universel", des orateurs ont demandé que des mesures soient prises pour rétablir la sécurité dans le nord du pays et protéger les droits des déplacés par les combats entre rebelles et forces gouvernementales.

Des rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), qui n'a pas adhéré au processus de paix en cours en Centrafrique, sont actifs dans cette zone.

Les orateurs ont demandé à Bangui d'agir contre le recrutement d'enfants dans les rangs des milices d'auto-défense pro-gouvernementales et des groupes rebelles, et souhaité le lancement d'un programme de démobilisation et de réintégration de ces enfants.

Ils ont aussi recommandé aux autorités de RCA d'interdire les mutilations génitales féminines et de veiller à protéger les femmes et filles de toute forme de violence et de discrimination.

Les participants ont appelé le gouvernement centrafricain à agir "pour mettre fin aux meurtres de femmes accusées de sorcellerie" et d'une manière générale souhaité la réforme à Bangui du code pénal pour décriminaliser la sorcellerie, selon un compte-rendu des débats par l'ONU.

Les autorités ont été appelées à arrêter les exécutions extra-judiciaires, y compris par la garde présidentielle, et à traîner en justice les militaires coupables de tels faits.

Il a été demandé à la RCA d'envisager d'abolir la peine de mort, d'adhérer à la Convention contre la torture et d'adopter des lois réprimant les crimes de guerre, le génocide et les crimes contre l'humanité, conformément au droit international.

Enfin, les journalistes doivent être assurés de pouvoir travailler sans être soumis à des pressions ou à l'intimidation, ont estimé les 47 membres du Conseil des droits de l'Homme qui devraient adopter mercredi le rapport sur la RCA contentant les débats de lund

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article