Centrafrique - Politique : Martin Ziguélé dans le collimateur du Pouvoir ?

Publié le par Le Confident.net

M. Martin Ziguélé et sa formation politique, le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), donnent l’insomnie au pouvoir de Bangui. Depuis un certain temps, le MLPC fait l’objet de tracasseries et d’intimidations pour atténuer ses ardeurs dans la mise en place de ses organes dans les provinces.

M. Martin Ziguélé en mission dans l’ouest, notamment dans la Mambéré Kadéi, avait éprouvé toutes les difficultés à organiser une assemblée générale de son parti à Dédé Mokouba. De retour à Bangui, sa délégation avait été bloquée à l’entrée de la ville de Mbaiki. Elle n’a quitté le chef-lieu de la Lobaye qu’après de multiples tractations. Le 14 juillet dernier, le même scénario s’était produit à Bossémbélé, de retour d’une mission que M. Martin Ziguélé avait conduite dans l’Ouham-Péndé et de Nana-Mambéré. Récemment, une délégation du MLPC, dirigée par M. Luc Guéla, coincée à Bossémbélé, avait été sommée de regagner Bangui. Là encore, des négociations ardues ont permis de décanter la situation. Les incidents se multiplient au niveau du MLPC et on se demande s’il n’y a pas de conspiration ourdie contre leur parti et leurs militants.

Vers un changement de stratégie des fichistes

Toutes ces manœuvres, dont sont victimes le MLPC et ses militants, semblent épouser une logique et un plan méticuleusement mis en place pour réduire au silence les différents partis de l’opposition démocratique qui semblent faire preuve d’un réveil dans un paysage politique où le KNK règne en maître absolu. N’ayant plus réussi à émousser les ardeurs du MLPC, c’est maintenant son président M. Martin Ziguélé qui est particulièrement visé. Comme les tracasseries à l’intérieur du pays ne suffisent pas, les ‘‘coupeurs de tête’’ et les fichistes ont changé de stratégie. Ils sont décidés maintenant à présenter à M. Martin Ziguélé comme un conspirateur qui chercherait à porter atteinte à la sûreté intérieure de l’État en complicité avec une puissance étrangère. C’est ainsi que, suite à une fiche d’un informateur du pouvoir, le président du MLPC a été reçu par le Premier ministre, M. Faustin Archange Touadéra, le vendredi 14 août 2009.

Des accusations très graves

Cette fiche, selon des informations en notre possession après des multiples recoupements, comporterait des accusations très graves contre le président du MLPC. Outre l’accusation de préparation de coup d’État avec l’aide de mouvement de rébellion (chanson qui devient dorénavant un disque rayé), la fameuse fiche évoquerait la position de boycott des élections par les formations politiques de l’opposition démocratique. Si cela devait être le cas, pourquoi le MLPC a-t-il récemment organisé un congrès pour désigner son président aux élections présidentielles? Mais là où les détracteurs de Martin Ziguélé sont allés très vite en besogne, et dans les propos avancés dans la fiche, c’est que Martin Ziguélé aurait envisagé de tuer le Président François Bozizé pour mettre en place une transition. Les services de sécurité ayant reçu la fiche, avaient donc adressé une convocation à Martin Ziguélé en vue d’un passage à revue d’un certain nombre de points touchant aux problèmes nationaux. Mais apparemment, le contenu de la fiche aurait été le seul problème discuté au cours de cette rencontre entre le chef du gouvernement et le président du MLPC. Le sujet étant tellement délicat, que du côté du gouvernement comme du côté du MLPC, c’est le silence cadenas.

Les exigences du MLPC

Néanmoins, des accusations aussi graves ne peuvent demeurer sans suite. Chaque fois que le président du MLPC effectue un séjour en France, de retour à Bangui, il est confronté à un nouveau problème et ce, depuis 2006. L’année 2006 avait eu son accusation. Il en est de même de 2007 où la formulation de l’accusation avait changé. Évidemment, la fertilité de l’imagination des fichistes a pu créer en 2008 une nouvelle situation. Mais l’accusation de 2009 porte en elle-même le dessein d’en finir avec Martin Ziguélé car, quelques années auparavant, ces genres d’accusation l’auraient conduit directement au poteau. Devant la gravité de la situation, le MPLC s’organise pour mettre un terme à ces agissements. Le MLPC, pour la manifestation de la vérité, exige une confrontation avec les coupeurs de têtes qui sont souvent sous le couvert des fichistes, souvent anonymes et non vérifiées et qui veulent discréditer des personnalités, surtout de l’opposition. Selon nos sources, le MLPC aurait même fixé un délai pour cette confrontation, sinon le parti se verrait dans l’obligation de porter l’affaire devant la puissance étrangère qui a été indexée comme complice. Toujours selon nos sources, le MLPC manifesterait le vœu d’une entrevue avec le chef de l’État, le Général François Bozizé, pour une clarification de la situation. Selon beaucoup d’observateurs, cette fiche, qui charge Martin Ziguélé, pourrait être une pure invention des services sécuritaires pour nuire au président du MLPC. La saga ne vient que de commencer et on verra bien si la confrontation exigée par les partisans de Martin Ziguélé aura bel et bien lieu. A suivre!
Jeudi 20 Août 2009
Dinawade Mokambo Junior

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article