Centrafrique - Paix : L'ACCORD DE BIRAO DEVENU CADUC ?

Publié le par le confident

On ne saurait dire de plus. L'Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR), mouvement rebelle, très actif dans la partie septentrionale du Centrafrique, qui a signé le 13 avril 2007 à Birao un accord de paix avec le gouvernement central vient d'accuser le président Bozizé qui "n'a rien fait pour honorer son engagement". Deux semaines après la signature de cet accord qui semblait mettre fin aux souffrances des compatriotes centrafricains qui vivent dans le périmètre des combats, l'UFDR revient à la charge pour déclarer que le président François Bozizé rend caduc, l'accord de paix de Birao. Ce qui nous pousse à nous interroger si l'accord de paix de Birao vient de voler en éclat comme ce fut le cas de l'accord de Syrte en Libye entre le gouvernement centrafricain et le chef rebelle du Front Démocratique du Peuple Centrafricain (FDPC) Abdoulaye Miskine?

Alors que reste t-il de l'accord de paix de Birao ? C'est la question que se pose le public car, cette nouvelle donne fait perdre des gens en conjectures.
Sommes-nous en face d'une situation qui pourrait dégénérer au cas où, toutes les mesures préventives n'étaient pas prises ? Allons nous assister à la reprise des hostilités dans le Nord centrafricain ?
Ce que nous ne souhaitons pas du tout pour les pauvres centrafricains, victimes d'une politique de la terre brûlée qui a fait tant de victimes et qui continue d'en faire.
C'est véritablement à ce niveau que devrait entrer en action, le médiateur de la République Abel Goumba ou encore mieux, le président gabonais Omar Bongo Ondimba qui a été nommément cité comme la personnalité appelée à trancher en dernier recours les désaccords dans l'application dudit accord.

L'UFDR est une fois de plus montée au créneau pour dénoncer le laxisme des autorités centrafricaines en ce qui concerne les préparatifs du dialogue politique inclusif qui devait donner l'occasion aux uns et aux autres de se parler en face afin de faire table rase du passé et de reconstruire sereinement la République qui a besoin de la contribution de ses filles et fils pour son développement.
L'accord de paix de Birao prévoyait entre autres, la libération de Abakar Sabone et Am Non Droko Djotodja respectivement porte parole et président dudit mouvement, chose qui n'est pas du tout faite à ce jour.

Et comme le pouvoir de François Bozizé visiblement aux abois puisque harcelé à tout bout de champs par les travailleurs dont la misère, la galère et la chimère vont crescendo tarde à organiser le dialogue politique qu'il veut tacitement contourner, on craint absolument que les coups de canon retentissent encore au Nord qui accuse déjà une crise humanitaire aux conséquences bien dramatiques pour nos populations.
Le régime en place n'est-il pas en train de payer le revers de sa politique de la terre brûlée ou encore mieux de l'option militaire tant décriée par toutes les couches de la société centrafricaine ?
Lundi 30 Avril 2007
La Rédaction

http://www.leconfident.net

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article