CENTRAFRIQUE : LE VRAI FAUX REVE DE FRANÇOIS BOZIZE

Publié le par le confident

Gouverner la République Centrafricaine (RCA) serait le rêve de pas mal de leaders des partis politiques centrafricains. Ce rêve qui se définit dans une certaine mesure comme étant la représentation plus ou moins idéale ou chimérique de ce qu'on veut réaliser ou de ce qu'on désire est du moins, le quotidien des centrafricains.

Je rêve de devenir un jour président de la République, premier ministre, ministres, Directeur Général d'une grande entreprise, journalistes et que sais-je encore…tels sont les rêves de nombreux compatriotes centrafricains qui tirent le diable par la queue et qui voient les possibilités pouvant leur permettre de réaliser lesdits rêves s'effriter petit à petit.
Et comme il n'est pas interdit de rêver, François Bozizé comme tout autre centrafricain rêve. Si pour certains, c'est pour accéder à un poste de responsabilité ou acquérir des richesses, pour le président centrafricain, il rêve de faire de la République centrafricaine, un pays où il fait du moins bon vivre. Et ce n'est que normal dans la mesure où, ce pays regorge des richesses aussi variées qu'inexploitées et dont on continue de vanter les mérites à tout bout de champs. Et en tant que président de la République, François Bozizé pense qu'il pourra véritablement relancer l'économie nationale avec l'exploitation des richesses du sol et du sous sol centrafricain. Une initiative qui pourrait être salutaire pour le devenir de la nation centrafricaine mais qui appelle un certain pessimisme de notre part. Et pour cause !
L'affairisme outrancier dont se rendent coupables les personnalités qui gravitent autour du général-président visiblement pris en otage par les membres du très renfermé « club sassarien » qui lui dictent leur propre volonté.

La corruption, le clientélisme, l'impunité, le tribalisme sans pour autant oublier l'incompétence notoire de la majeure partie de compatriotes qui, brandissant le statut de parents du président de la République se croient du moins tout permis. Et ce n'est que normal que cette catégorie de personnalités affiche de tels comportements car, le président de la République François Bozizé semble leur accorder une caution morale qui les stimule davantage dans le pillage sinon la destruction programmée du tissu économique, s‘il en existe encore.
Alors, comment faire de la République Centrafricaine un pays ou le lait et le miel couleront à volonté ? Les uns ont essayé et ont abusé de la patience, de la gentillesse et pour ne pas dire de la clémence du peuple centrafricain. Les autres ont déclaré que les richesses du sous sol centrafricain feront de ce pays, un eldorado, un pays de rêves. Ce rêve n'est réalisable pour l'instant que dans la tête de ceux qui ont commis la maladresse de rêver que la République Centrafricaine pourrait devenir un pays de rêve. Et comme nous l'avions dit ci-haut qu'il n'est pas interdit de rêver, on continuera toujours de se soumettre à cet exercice quand bien même que cela n'est qu'utopie.

Qu'à cela ne tienne, François Bozizé persiste et signe que la République Centrafricaine est sur la bonne voie puisque le gouvernement signe des Conventions avec les puissances financières internationales, que ce pays est respecté à l'étranger et qu'on devait en être fiers.
Si le régime de François Bozizé pouvait se rendre compte que c'est à cause de la précarité de la situation dans laquelle vit la majeure partie de la population centrafricaine que ces organismes financiers sont obligés de revoir leur stratégie envers le gouvernement, cet air de suffisance assez démesuré qu'on s'affiche un peu partout au sommet de l'Etat disparaîtra pour laisser sa place à une politique viable de développement du pays.
Et comme nous naviguons à vue dans un pays où les autorités sont des pouvoiristes de carrière, des professionnels des promesses utopiques, celles-ci mettront toutes les batteries en marche pour mentir au peuple que son devenir est prometteur et qu'avec elles, le pays est entre de bonnes mains. Ces autorités ignorent que le centrafricain est versatile et le jour où il déciderait de les vomir, il n'y aura aucun répit. Alors, rêvons comme le président.
Lundi 30 Avril 2007
Fleury _ K
 

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article