Sénégal - Présidentielle 2007 : Wade vers la victoire, l'opposition conteste

Publié le par YAHOOACTUALITES

 

DAKAR (AFP) - Le président sortant Abdoulaye Wade, 80 ans, est donné mardi largement vainqueur dès le premier tour de l'élection présidentielle au Sénégal, selon des résultats partiels, mais l'opposition socialiste a constesté ces résultats en raison de fraudes supposées.

M. Wade, qui avait martelé pendant toute la campagne qu'il serait élu dès le premier tour du 25 février et n'avait pas d'adversaire à sa hauteur, obtient 55,81% de suffrages exprimés, selon des résultats partiels portant sur 30 des 35 départements du Sénégal compilés mardi par l'AFP.

 

Ces chiffres portent sur 3.015.271 suffrages exprimés, sur environ 4,9 millions d'électeurs inscrits.

"Nous n'accepterons pas ces résultats. Nous avons pu arriver à la conclusion que nous avons assisté aux élections les plus tronquées de notre histoire depuis que le Sénégal est indépendant", a déclaré Mme Aïssata Tall Sall, porte-parole du candidat socialiste Ousmane Tanor Dieng.

"Il y a eu des doubles inscriptions, des doubles votes de façon massive. Cela a été possible parce qu'un stock de cartes d'électeurs non distribuées a servi à faire voter des militants et sympathisants de Wade", a-t-elle affirmé mardi soir lors d'une conférence de presse.

Les missions d'observations de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) et de l'ONG Rencontre africaine pour la défense des droits de l'Homme (Raddho) avaient pourtant assuré que les irrégularités constatées n'entachaient pas la validité du scrutin.
Avant le scrutin, l'opposition avait estimé qu'une victoire au premier tour était impossible au vu du nombre record de candidats, 15 contre seulement 8 en 2000, dans ce pays de 11,7 millions d'habitants qui fait figure de "vitrine" de la démocratie en Afrique.
Le camp présidentiel avait revendiqué peu après la fermeture des bureaux de vote la victoire du "pape du Sopi" ("changement" en langue wolof), élu au second tour en 2000 lors d'une alternance historique clôturant quatre décennies de pouvoir socialiste.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a été mardi le premier à féliciter son homologue sénégalais, exprimant ses "chaleureuses félicitations" à Abdoulaye Wade.
Selon les résultats partiels, ce dernier obtient la majorité absolue dans 25 des 30 départements dont les résultats provisoires sont connus, notamment à Dakar, Saint-Louis (nord) et Ziguinchor (sud).
Il décroche la majorité relative dans trois autres, les deux derniers allant à ses anciens Premiers ministres passés dans l'opposition, Idrissa Seck et Moustapha Niasse.
Selon des "prévisions" de la radio privée sénégalaise RFM, portant sur 3,25 millions de suffrages exprimés, M. Wade arrive largement en tête (55,73% des voix) devant MM. Seck (14,94%) et Dieng (13,43%).
Dauphin pressenti d'Abdoulaye Wade tombé en disgrâce et passé dans l'opposition, Idrissa Seck, 47 ans, confirme son enracinement local en obtenant la majorité absolue dans le département de Thiès (70 km à l'est de Dakar), son fief et l'un des plus peuplés du Sénégal.
Il n'en est pas de même pour le chef du Parti socialiste (PS), qui n'arrive qu'en deuxième position derrière M. Wade dans le département de Mbour, au sud de Dakar, qui était pourtant considéré comme un bastion socialiste et dont il est originaire.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article