Lendemain d'élection très calme au Sénégal

Publié le par APAnews

La foudre n'est pas tombée dans la capitale sénégalaise, contrairement auxPrésidentielle 2007 : Quelques images du scrutin prévisions qui pronostiquaient une tension certaine surtout si le président sortant, candidat à sa propre succession, se déclarait vainqueur au premier tour des élections.

On constate que près de 24 heures après la clôture du vote, les Dakarois vaquent tranquillement à leurs occupations et tout le monde semble accepter le verdict des urnes qui annonce une victoire encore officieuse du candidat Abdoulaye Wade dès le premier tour.

Les vestiges de la campagne, affiches géantes ou moyennes, placardées sur les murs, les poteaux électriques ou sur les panneaux d'affichage, le matériel lourd de sonorisation encore bien en vue devant les sièges de quelques candidats, restent les seuls signes de la vie de campagne électorale qui a rythmé la vie des Sénégalais ces 20 derniers jours.

Par précaution, le maire de Dakar Plateau en centre ville avait pris les dispositions pour l'enlèvement des affiches dès la fin de la campagne.

Les mesures de sécurité prises dans certaines sphères, notamment des écoles demandant aux parents de garder les enfants à la maison la journée de lundi, des nationaux et surtout des Occidentaux faisant plus des provisions courses que d'habitude, des organismes et institutions internationales donnant des consignes à leur personnel pour réduire les déplacements au strict minimum nécessaire et éviter les lieux de regroupements, n'auront apparemment pas servi.

Les Sénégalais ont voté dans le calme et en toute maturité comme dans toutes les grandes démocraties, justifiant parfaitement le qualificatif de vitrine de la démocratie en Afrique de l'Ouest.

Les quinze candidats à l'élection présidentielle, tout comme les militants des partis, attendent la proclamation officielle des résultats par le Conseil constitutionnel, au plus tard vendredi, et si l'un des candidats n'atteint pas la majorité, les Sénégalais devraient retourner aux urnes le 18 mars prochain, pour un second tour.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article