UNION AFRICAINE - PRESIDENCE : LE TCHAD S'OPPOSE A LA PRESIDENCE SOUDANAISE

Publié le par AFRIQUE CENTRALE INFOS

Désunion africaine

 
 
Le Tchad "suspendra sa participation à l’Union africaine" (UA) si le Soudan prend la présidence de l’organisation continentale lors du sommet prévu les 29 et 30 janvier à Addis Abeba, a averti samedi le ministre tchadien des Affaires étrangères, Ahmat Allam-Mi.
 
"Si le Soudan est désigné comme président de l’UA, nous suspendrons notre participation à l’UA pendant le mandat (du président soudanais) Omar al-Béchir", a déclaré à la presse à Addis Abeba le ministre tchadien.
 
"C’est une affaire entre la communauté internationale et l’UA. Nous faisons confiance à l’Afrique pour que le Soudan ne soit pas élu. Il est impossible que l’Afrique se déshonore à ce point", a-t-il jugé.
 
"Les mêmes conditions qui avaient prévalu au refus de la désignation du Soudan sont toujours là: aggravation de la situation au Darfour, aggravation de la situation entre le Tchad et le Soudan et d’autres pays voisins", a insisté le chef de la diplomatie tchadienne.
 
Les relations entre les deux pays voisins se sont nettement dégradées depuis plus d’un an, N’Djamena accusant Khartoum de soutenir des groupes armés hostiles au président Idriss Deby Itno et qui ont lancé plusieurs offensives dans l’est du Tchad ces derniers mois.
 
La question de la désignation du Soudan à la présidence de l’UA avait déjà viré au casse-tête lors du précédent sommet, en 2006 à Khartoum, et promesse avait été finalement faite au président al-Béchir qu’il prendrait la tête de l’UA en 2007.
 
"Le Soudan aura la présidence de l’UA", a d’ailleurs affirmé samedi le chef de la diplomatie soudanaise, Lam Akol.
 
La communauté internationale tient Khartoum pour principal responsable de la poursuite de la guerre civile dans la province soudanaise du Darfour (ouest), qui aurait fait en quatre ans 200.000 morts et entraîné le déplacement de 2 millions de personnes.
 
Alors que ce conflit déborde sur le Tchad, M. al-Béchir continue de refuser qu’une force de l’ONU prenne la relève du contingent de 7.000 hommes de l’UA, l’Amis, actuellement déployé au Darfour et incapable de faire cesser la violence.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article