Saddam Hussein pendu "sans délai"

Publié le par 7/7.BE

Irak : Saddam Hussein pendu "sans délai"
vendredi, 29 décembre 2006 / Aloys Evina / Pastor
"Personne ne peut s’opposer à l’exécution" de Saddam Hussein qui sera pendu sans "délai", selon le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, alors que les avocats de l’ancien président condamné à mort ont été invités par l’armée américaine à venir chercher ses affaires personnelles.

"Personne ne peut s’opposer à l’exécution" de l’ancien président irakien Saddam Hussein, dont la justice irakienne a confirmé mardi la condamnation à mort par pendaison, a affirmé le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

"Ceux qui s’opposent à cette exécution portent atteinte aux martyrs de l’Irak et leur dignité" , a-t-il souligné. De son côté, la présidence finlandaise de l’Union européenne a réitéré, vendredi, son opposition à l’exécution de l’ancien président irakien Saddam Hussein.

"L’UE est opposée à la peine de mort, et celle-ci ne devrait pas être appliquée dans ce cas non plus" , a dit le ministre des Affaires étrangères Erkki Tuomioja. L’armée américaine, qui détient Saddam Hussein depuis décembre 2003, a demandé vendredi à ses avocats de venir chercher les affaires personnelles du condamné à mort, ce qui a provoqué des spéculations sur une exécution imminente.

Les avocats de Saddam Hussein invités à venir chercher ses affaires

L’armée américaine, qui détient Saddam Hussein depuis décembre 2003, a demandé à ses avocats de venir chercher les affaires personnelles du condamné à mort, a indiqué vendredi à l’AFP l’un de ses avocats à Amman.

"La partie américaine a téléphoné au comité de défense et lui a demandé de venir chercher les affaires personnelles appartenant à Saddam, ou mandater quelqu’un pour prendre" ses affaires, "ainsi que celles de Barzan (al-Tikriti)" , a déclaré Khalil Doulaïmi, en référence au demi-frère de Saddam Hussein et ancien chef des services de renseignement.

Saddam Hussein, Barzan al-Tikriti et l’ancien président du tribunal révolutionnaire Awad al-Bandar ont été condamnés à mort par le Haut tribunal pénal pour l’exécution de 148 villageois chiites de Doujail (60 km au nord de Bagdad), dans les années 1980, en représailles à un attentat contre le convoi présidentiel.

Me. Doulaïmi a ajouté que Saddam Hussein n’avait pas encore été remis aux autorités irakiennes, chargées de son exécution, dont la date n’est pas officiellement connue.

"Le président Saddam n’a pas été transféré aux autorités irakiennes, mais tout est envisageable" , a-t-il dit.

Un porte-parole de l’armée américaine a indiqué vendredi à l’AFP que Saddam Hussein était détenu depuis un an sous l’autorité légale du gouvernement irakien mais restait emprisonné, pour des raisons de sécurité, par l’armée américaine.

"Légalement, nous avons remis Saddam Hussein aux autorités irakiennes il y a plus d’un an" , a indiqué à l’AFP le lieutenant-colonel Chris Garver.

"A la demande des autorités irakiennes, il restait depuis lors physiquement sous garde américaine, pour des raisons de sécurité" , a-t-il expliqué.

Un transfert de Saddam Hussein ne serait "qu’un transfert physique" du détenu, a souligné le porte-parole, refusant de préciser si un tel transfert avait déjà eu lieu au cours des dernières heures.

Jeudi un haut responsable de l’administration américaine sous couvert de l’anonymat a affirmé que la Maison Blanche s’attendait à une exécution très prochaine de Saddam Hussein, "peut-être" dès samedi.

De son côté, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a affirmé vendredi que "personne ne peut s’opposer à l’exécution du criminel Saddam Hussein", dans des propos rapportés par la télévision publique Iraqia.

"Ceux qui s’opposent à cette exécution portent atteinte aux martyrs de l’Irak et leur dignité" , a-t-il souligné.

M. Maliki a fait cette déclaration lors d’une "rencontre avec des familles de martyrs" , selon la télévision, qui ne donne aucune autre précision.

Publié dans LE MONDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article