CENTRAFRIQUE - REBELLION : L'ARMEE FRANçAISE EN PREMIERE LIGNE

Publié le par LE NOUVEL OBSERVATEUR

L'aviation française tire sur des positions rebelles en Centrafrique


BANGUI (AP) -- Des Mirage français ont bombardé deux villes aux mains des rebelles dans le nord de la Centrafrique jeudi, forçant la rébellion à abandonner l'une d'entre elles après des affrontements avec les forces gouvernementales.
Les rebelles ont quitté Ouadda après des affrontements avec les forces gouvernementales, a précisé par téléphone Diego Albator Yao, responsable des opérations militaires de la rébellion.
A Paris, le porte-parole de l'état-major des armées Christophe Prazuck a confirmé que des Mirage français avaient tiré sur des positions rebelles à Ouadda et Ndele, intervenant à la demande des forces gouvernementales confrontées à une "résistance significative" dans ces deux villes.
Selon Yao, des hélicoptères auraient également participé aux frappes sur Ndele, information non-confirmée à Paris.
"J'ai demandé à mes hommes de se retirer de Ouadda et de la laisser aux forces gouvernementales", a ajouté Yao, qui dit tenir toujours Ndele.
Paris a récemment renforcé son dispositif en Centrafrique d'une centaine de soldats, le portant à 300 hommes, pour aider le gouvernement auquel il est lié par un accord de défense.
Depuis fin octobre, les rebelles ont pris plusieurs villes dans le nord du pays. Après s'être repliés de Birao et Ouadda, ils tiennent toujours Ndele, Ouadda-Djalle et Sam Ouandja.
Le président François Bozizé est arrivé au pouvoir en Centrafrique après avoir renversé Ange-Félix Patassé en 2003. Il a depuis été élu lors d'un scrutin en 2005.
Comme au Tchad voisin, Bangui affirme que les rebelles sont soutenus par le Soudan, ce que dément Khartoum. Le conflit du Darfour (ouest du Soudan) vient ajouter à l'instabilité dans ces deux pays. AP

© Le Nouvel Observateur

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article