CÔTE D'IVOIRE - PROCESSUS DE PAIX : L'UNION AFRICAINE , L'O.N.U...ET LA PAIX

Publié le par XINHUANET

La présidence ivoirienne rejette toute solution autre que la recommandation de l'UA
CÔTE D'IVOIRE - 27 octobre 2006 - par XINHUA

La présidence ivoirienne a exprimé le souhait que le Conseil de sécurité de l'ONU puisse entériner la nouvelle transition ivoirienne sur la base des recommandations de l'Union africaine (UA), sans recourir à tout autre texte, a-t-on appris vendredi de source officielle.

"Notre position est qu'il faut que le Conseil de sécurité de l'ONU apporte son soutien à la décision de l'UA sans élaborer un autre texte", a annoncé Désiré Tagro, porte-parole du président ivoirien Laurent Gbagbo.

"Faire admettre une autre décision au-delà des recommandations de l'UA, c'est ajouter au problème, créer la pagaille et aggraver la situation", a ajouté M. Tagro, faisant allusion à un projet de résolution soumis par la France au Conseil de sécurité de l'ONU.

Ce projet de résolution prévoit de donner les pleins pouvoirs au Premier ministre Charles Konan Banny, tout en affirmant la prééminence des textes internationaux sur la Consitution ivoirienne, ce qui a été catégoriquement rejeté par la présidence ivoirienne.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter une nouvelle résolution définissant les modalités de la transition en Côte d'Ivoire, divisée en deux depuis un coup d'Etat raté en septembre 2002, avec la moitié nord du pays toujours contrôlée par la rébellion des Forces nouvelles.

Le 17 octobre, l'UA avait décidé de reconduire pour un an maximum la transition ivoirienne, MM. Gbagbo et Konan Banny demeurant sur leurs postes respectifs, avec des pouvoirs élargis à ce dernier pour faire avancer le processus de paix.

Le processus de paix en Côte d'Ivoire devait déboucher sur la tenue de l'élection présidentielle au plus tard le 31 octobre 2006, mais des désaccords persistants entre les protagonistes de la crise ivoirienne ont rendu ce délai impossible à tenir et entraîné un deuxième report du scrutin, initialement prévu en octobre 2005.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article