CENTRAFRIQUE - POLITIQUE : L' A.D.P INNOVE EN FORMANT SES MILITANTS

Publié le par LE CONFIDENT

L'ADP FORME SES MILITANTS


LE PARTI ADP FORME SES MILITANTS
Il est rare dans la vie des partis politiques de la République centrafricaine d'organiser et de former ses militants pour mieux comprendre le sens de la démocratie et du combat citoyen. Dans ce pays, il n'existe pas une école du parti.
L'Adp, une formation politique a donné l'exemple au lendemain du retour à la légalité constitutionnelle. Le candidat d'alors, Emmanuel Olivier Gabirault entend inculquer dans l'esprit des militants très engagés de ce mouvement politique raison pour laquelle un esprit citoyen doit se développer. Cette session de formation politique est axée sur la démocratie, une explication de la constitution du 27 décembre 2004.
 
 Les militants des 8 arrondissements de Bangui, des communes de Bimbo et de Bégoua ont appris en détails les enseignements de Olivier Gabirault sur l'état de la nation, l'implication de toutes les couches sociales dans la gestion de la chose publique. Les militants du parti ont compris qu'à travers ses explications le pays a été systématiquement pillé par trois catégories de compatriotes.
 
 D'abord, il y'a les gouvernants inconscients qui cultivent une hideuse et belliqueuse d'une gestion patrimoniale et opaque de la chose publique pour des intérêts égoïstes. Les ressources économiques du pays qui rapportent des devises sont allégrement bradées au grand dam des autorités établies.
 C'est ainsi que les recettes provenant de l'exploitation du bois, des diamants, du café et du coton prennent une autre destination . Bien entendu, cela constitue un énorme manque à gagner pour le Trésor Public centrafricain. Pendant les événements qui avaient fragilisés l'économie centrafricaine, les compatriotes n'ont pas été étrangers à cette situation.
 
Les hommes politiques sont prêts à cultiver la division, la haine tribale et un régionalisme qui s'apparente à un esprit fasciste.
Les fonctionnaires de leur côté brillent par un illettrisme. Personne ne pense à se former pour une bonne perfection. L'administration centrafricaine est encline à la corruption. Certains dossiers sensibles n'ont jamais été traités avec diligence. Ils ont la propension de s'évanouir dans les pots de vin en sacrifiant l'intérêt national.
 En dehors de cette assertion, les fonctionnaires s'illustrent dans la délation, la mouchardise qui caractérise quelques agents de certains services qui cultivent le nombrilisme. Il y a aussi un absentéisme chronique qui est à l'origine du retard de notre développement. Du côté de la population, les régimes qui se sont succédés ont créé une nouvelle race d'électeurs communément appelés vagabonds politiques.
 Ces militants « Téka mo tégué » sont les artisans de la haine et de la violence.
 Les douloureux événements que le pays avait connus étaient dus à un esprit malveillant des Centrafricains qui s'identifiaient par leur religion et leur appartenance ethnique. On s'est rendu compte que l'autorité de l'Etat est constamment bafouée.
 
Le Président Gabirault s'est donc appesanti sur la déclaration universelle des droits de l'homme signée en 1948 qui consacre la liberté d'expression, le droit à l'éducation et à la santé etc.
 Pour sa part, l'allié du parti Thierry Zéneth est intervenu sur le thème très étendu de la solidarité où il a développé le concept du droit citoyen et l'implication des militants de l'ADP dans la gestion du pouvoir public.
A la suite de ces brillantes interventions, les militants du parti très intéressés ont posé des questions d'éclaircissement aux intervenants.
Cette journée de formation s'inscrit dans le cadre des activités du comité ad hoc du parti qui multiplie des actions pour préparer dans un bon sens le prochain congrès de l'ADP.
 
 Il est rare de relever que les formations politiques centrafricaines organisent à l'intention de leurs militants des séances d'information sur l'état de la situation du pays.

Lundi 14 Novembre 2005
Marcel Dexter Gazikolguet
Lu 288 fois
http://www.leconfident.net

Publié dans ACTUALITES DU PARTI

Commenter cet article