République Centrafricaine : Patassé exclu du MLPC

Publié le par Rfi

Le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) a décidé d'exclure définitivement l'ancien président Ange-Félix Patassé. Le MLPC réunit en congrès doit faire son choix pour le candidat à la présidentielle de 2010. Le principal parti de l'opposition centrafricaine compte bien tourner la page des années Patassé. L’ancien président vit en exil à Lomé depuis qu'il a été chassé du pouvoir en 2003 par le coup d'Etat du général Bozizé.

Ange-Félix Patassé ne compte pas prendre sa retraite et cela embarrasse bien du monde à Bangui.

 

Comme il ne reconnaissait pas, jusqu'en décembre dernier, le général Bozizé comme son successeur à la tête de la RCA, il ne reconnait toujours pas Martin Ziguélé comme le patron du MLPC qu'il considère toujours comme son parti. Et comme il signait, encore il n'y a pas si longtemps, des décrets sur papier à entête de la République centrafricaine, il continue d'utiliser le logo et les attributs du parti alors que la justice centrafricaine a tranché en appel en faveur de Martin Ziguélé.

 

Vendredi, au risque de décevoir certains militants qui restent fidèles à l'ancien chef d'Etat, Martin Ziguélé et ses partisans ont finalement franchi le Rubicon. Après avoir été suspendu, le camarade Patassé est exclu du MLPC pour faute grave. « Il n'a pas respecté le règlement intérieur », explique Gabriel Koyambounou, vice président du MLPC.

Aujourd'hui la rupture est donc définitive, mais l'ancien chef d'Etat sait qu'il reste populaire. Joint par RFI, depuis son exil togolais, Ange-Félix Patassé campe sur ses positions : « Je suis le père du MLPC... Ceux qui m'écartent aujourd'hui, ce sont mes enfants. Je les ai élevés, je les ai formés. Comme un père, je vais les corriger… mais en douceur. Je vais rentrer à Bangui et on verra qui de Ziguélé ou de moi est le meilleur candidat du MLPC ».

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article