Centrafrique : Les sages du 4éme arrondissement de Bangui écrivent à François Bozizé

Publié le par Le Confident

NOTE A LA HAUTE ATTENTION DE SON EXCELLENCE LE GENERAL D’ARMEE FRANÇOIS BOZIZE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Nécessité pour votre Excellence de faire annuler les épreuves écrites du concours pour le recrutement des élèves gardiens de la paix du dimanche 10 mai 2009 ; de faire dissoudre le comité d’organisation de ce concours mis en place par le Ministre Ouandet et de confier la nouvelle organisation de ce concours au comité crée par arrêté signé du Ministre sortant de l’Intérieur et de l’Administration du Territoire, M. Raymond Ndougou.

Excellence,

Nous, sages du quatrième arrondissement, venons très respectueusement par la présente prier votre autorité d’annuler les épreuves écrites du concours pour le recrutement des élèves gardiens de la paix du dimanche 10 mai 2009, de faire dissoudre le comité d’organisation de ce concours mis en place verbalement par le Ministre Ouandet et de confier la nouvelle organisation de ce concours au comité crée par arrêté du Ministre sortant de l’Intérieur et de la Sécurité Publique , M. Raymond Ndougou, pour les motifs ci-après :
b[1- L’organisation inadéquate et décousue de ce concours]
b- L’organisation inadéquate et décousue dudit concours se justifie par les faits suivants :

a) – Au niveau de la liste- La parution tardive de la liste additive.
- Des omissions exagérées et délibérées des candidats par le comité d’organisation mis en place par le Ministre Ouandet,
- la non maîtrise de l’effectif des candidats par le comité d’organisation.

b) – au niveau de la composition des épreuves écrites :
Le non respect des heures officielles de composition des épreuves écrites :
- L’épreuve de dictée officiellement prévue pour 8 h 00 n’a démarré qu’à 12 h 00, la dernière épreuve a pris fin à 18 h 30 alors que les salles des différents centre d’examen ne sont pas électrifiées,
- L’obligation pour les candidats d’utiliser leurs téléphones portables en vue d’avoir la lumière alors que l’introduction desdits téléphones dans les salles d’examens était interdite.

- La composition simultanée des épreuves des mathématiques et de culture générale. Autrement dit, faute du non respect des heures officielles par le fameux comité d’organisation, ledit comité a distribué en même temps les épreuves des mathématiques et de culture générale aux candidats et leur a ordonné de les traiter et de les rendre en même temps à la fin de l’heure.

- Un pédagogue digne de ce nom ne peut accepter une telle méthode. C’est du jamais vu dans l’histoire de la pédagogie ! C’est anti-pédagogique ! C’est une nouvelle pédagogie que le Ministre Ouandet, Latakpi et leurs complices ont peut être inaugurée.

c/ au niveau matériel et logistique- L’insuffisance notoire des matériels tels que les feuilles ou carnets de composition, nonobstant l’encaissement de 18 millions de frais d’inscription par le comité d’organisation.

- Cette insuffisance de carnets ou de feuilles de composition a contraint le comité d’organisation, que dirige le Directeur de cabinet Latakpi Ernest, à se rendre au marché Km5 à 13 h 25 en vue d’acheter les rames de papiers, lesquelles ont été utilisées comme feuilles de composition.

- La répartition des candidats dans les différents centres d’examen n’a pas tenu compte de la capacité d’accueil (nombre de tables bancs disponibles) desdits centres. Ce qui a obligé le comité d’organisation à créer, le dimanche 10 mai 2009, le centre d’Assana, afin d’accueillir les nombreux candidats omis.
- Les copies de composition n’ont pas été anonymes.

d) – Au niveau de l’utilisation des ressources Humaines- L’utilisation des ressources humaines en vue de l’organisation de ce concours a été trop restrictive : le concours a été entièrement préparé et organisé par les cadres de la police alors qu’ils sont inexpérimentés en la matière.

- L’éviction du Ministère et des cadres de l’Education Nationale de l’organisation de ce concours a eu comme conséquence une désorganisation générale, etc…
2/ - Fuite massive des sujets proposés à ce concours.

- Les sujets ont été vendus d’avance aux candidats par les organisateurs de ce concours,
- Le dimanche 10 mai 2009, certains candidats qui ont reçu ces sujets, les ont photocopiés tout près du centre du lycée Marie-Jeanne Caron et les ont trafiqués. Quelques médecins sans frontière qui étaient de passage les avaient vus et par conséquent avaient alerté la police. Toutefois ces candidats ont pris fuite avant que la police n’arrive.

- Quelques candidats ont été pris la main dans le sac avec des sujets préalablement rédigés.
3) la non collecte des carnets ou feuilles de composition par le comité d’organisation et l’échange des carnets ou feuilles de composition.

- Le comité d’organisation a délibérément refusé de collecter les carnets ou feuilles de composition des candidats et les ont abandonnés (ées) aux surveillants des épreuves.

- Face à cette démission du comité d’organisation, les surveillants ont gardé les copies de composition par devers eux, les ont amenées aux quartiers et ne les ont rendues au comité d’organisation que le lundi 11 mai 2009.

- Les investigations que nous avons menées démontrent que le comité d’organisation et la quasi-totalité des surveillants des épreuves ont caché des carnets (feuilles) de composition, les ont amenés à la maison, ont fait recomposer toute la nuit jusqu’au matin leurs protégés, ont subtilisé les premiers carnets de composition et les ont échangés par de nouveaux carnets.

4) Politisation et tribalisation de ce concours
Il ne fait aucun doute qu’il y a eu politisation et tribalisation de ce concours :

a) – Politisation du concours-
Latakpi et ses complices ont ourdi un plan machiavélique contre les cadres des autres ethnies et les ont écartés de l’organisation de ce concours. A cet effet, le concours a été entièrement et totalement géré par des militants de l’ombre de l’opposition. Ces militants de l’opposition sont les suivants :
- Latakpi Ernest (ethnie Yakoma, cadre du RDC)- Ngokoballa Paul (ethnie Yakoma, cadre du RDC)
- Ngotouba Jean Paul (ethnie Yakoma, cadre du RDC) et Djimtoloum Robert (ethnie Sara, cadre du MLPC).
b)- Tribalisation de ce concours
- Deux groupes sociaux (ethnie) avaient la main mise sur l’organisation de ce concours, à savoir les Nzandé et les Yakoma, tous ressortissants de l’Est. La majorité des cadres qui composent les jurys d’organisation (supervision, secrétariat et surveillants des épreuves) dudit concours sont des Zandé et des Yakoma. D’ailleurs le Chef du Secrétariat est le propre cadet de M. Latakpi. Il s’appelle Saté Gilbert et est professeur des mathématiques au Lycée Boganda.

Et les questions que nous sommes en droit de nous poser sont les suivantes : Il n’y a que les Zandé et les Yakoma qui détiennent le monopole du savoir dans ce pays ? Pourquoi tordent ils ainsi le coup à la politique de Rassemblent instaurée par votre Excellence!
5) la violation de l’arrêté d’organisation de ce concours
Cette violation s’explique par les faits suivants :
-Le rejet de l’arrêté de la mise en place du comité d’organisation signé par le Ministre Ndougou,
-L’organisation des épreuves écrites avant les épreuves physiques alors que le texte stipule qu’il faille faire passer les épreuves sportives avant les épreuves écrites afin de réduire la pléthore des candidats.

Excellence, le concours professionnel a ses principes, lesquels doivent être impérativement observés et appliqués lorsqu’on l’organise. Ses principes sont les suivants : la probité ou honnêteté intellectuelle, l’objectivité; etc. c’est ce qui a manqué, ayons le courage de dire, aux organisateurs de ce concours.

-Fort de ce qui précède et en vue de redorer le blason de nos concours professionnels, nous vous faisons les suggestions suivantes :
1°) Faire annuler les épreuves écrites de ce concours sur toute l’étendue du territoire national.
2°) Faire dissoudre le comité d’organisation mis en place par le Ministre Ouandet.
3°) Confier la nouvelle organisation de ce concours au comité crée par le Ministre sortant Raymond Ndougou.

- Convaincus que vous porteriez une attention particulière à la présente note, nous vous prions, Excellence, de croire à l’expression de notre profond respect.

Ont signé :

1 – Ganli Antoine
2- Kpademon Jean
3- Issa Albertine
4- Semagonendji Bosco
5 – Ganazoui Pierrette

Mardi 19 Mai 2009
Prospert YAKA MAÏDE

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article

Desire Mbata-Ngombe 25/05/2009 07:41

Je crois que cette note reflete la realite nationale en Centrafrique. Cela prouve a suffisance que les centrafricains ne constituent pas une seule nation, mais un groupement d'ethnies vivant sur un seul etrritoire qui se voient en ennemis. Que pensaient ces soi-disant sages lorsqu'ils ont mentionne l'ethnie des responsables du centre de concours? Pensaient-ils que la RCA a ete faite seulemet pour les Gbaya? Et donc, les Saras  et Yakomas n'ont pas droit de cite? Chers sages, si vous avez encore de la sagesse, je vous prie de demander pardon au peuple centrafricain que vous essayez de diviser.