Côte d'Ivoire : la présidentielle en novembre

Publié le par Bbc Afrique

L'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, reportée depuis 2005, a été fixée au 29 novembre 2009, par le chef du gouvernement Guillaume Soro à l'issue du conseil des ministres.

Le collège électoral de la République de Côte d'Ivoire est convoqué le dimanche 29 novembre 2009 en vue de procéder à l'élection du président de la République.

A la différence de la précédente date du 30 novembre 2008, à laquelle le scrutin n'avait pu se tenir, la date du 29 novembre 2009 proposée par la Commission électorale indépendante (CEI) "est une date réaliste", a affirmé le Premier ministre.

A ce jour, les opérations d'enrôlement ont permis à plus de six millions de citoyens de s'inscrire (sur les listes) dans les bureaux de vote et aujourd'hui d'être de potentiels électeurs.

"Cela représente 70% des citoyens qui sont attendus", a fait valoir le premier ministre Soro.
"Nous pensons que nous avons plus de lisiblité, plus de visiblité sur le processus électoral", a souligné M. Soro.

Cette annonce intervient alors que la communauté internationale et l'opposition ivoirienne ont exprimé récemment leur impatience concernant ce scrutin censé permettre de clore la crise née du coup d'Etat manqué de septembre 2002.

Durant les dernières semaines, la date de l'élection a été au coeur d'une polémique entre le président Laurent Gbagbo et l'opposition.

Les principaux partis d'opposition ont ainsi réclamé en début de semaine la présidentielle pour le 11 octobre, une date auparavant proposée par la CEI, et dénoncé des "tentatives de sabotage du processus de sortie de crise orchestrées par le clan présidentiel".

Fin avril, M. Gbagbo s'était refusé à annoncer une date précise en raison de la poursuite du recensement, mais avait assuré que le scrutin aurait lieu "soit en octobre, soit en novembre".

La Côte d'Ivoire est coupée en deux depuis le coup d'Etat manqué de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) en septembre 2002.

Le camp présidentiel et les ex-rebelles, conduits par Guillaume Soro, ont signé, en mars 2007 à Ouagadougou, un accord de paix, complété fin 2008, qui prévoit la réunification du pays et l'organisation d'élections libres et transparentes.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article