Centrafrique : l'armée annonce avoir tué une "dizaine" de rebelles lundi

Publié le par Afp

BANGUI (AFP) — L'armée centrafricaine a annoncé avoir tué une dizaine de rebelles lors d'une attaque entre Kabo et Sido vers la frontière tchadienne (500 km nord de Bangui), dans un communiqué du ministre Délégué à la Défense Jean-Francis Bozizé diffusé mercredi soir à la radio nationale.

"L'attaque des forces régulières a permis d'anéantir une dizaine de bandits armés et fait plusieurs blessés dans les rangs de l'ennemi", indique le communiqué selon lequel l'accrochage s'est produit lundi tôt dans la matinée à Boukayanga, à 16 km de Batangafo.

Des rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), qui n'a pas adhéré au processus de paix en cours en Centrafrique, avaient justement attaqué cette localité de Batangafo en février. Les bandits armés avaient alors "saccagé l'hôpital sous-préfectoral et pillé des entrepôts de vivres et médicaments des organisations humanitaires venues soulager les souffrances de nos compatriotes de l'arrière-pays".

Lundi, une importante quantité d'armes mais aussi "le groupe électrogène de la sous-préfecture de Batangafo et le panneau solaire de l'hôpital de cette même ville retrouvés ont été repris à l'ennemi".

Le ministère de la Défense déplore ces combats "alors que le pays se trouve engagé" dans un processus de paix que "certains groupes armés s'installent malheureusement encore dans une logique d'affrontement dans le but de saper les fondements des institutions de la République".

Le FDPC avait signé un accord de paix en février 2007 mais il n'a pas signé l'accord global de paix signé en juin 2008 même s'il avait envoyé des observateurs aux négociations à Libreville. Il n'a pas non plus participé au Dialogue politique inclusif entre toutes les parties centrafricaines (pouvoir, opposition et principales rébellions) en décembre dernier.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article