Paris refuse d'accorder un visa à l'opposant tchadien Ngarlejy Yorongar

Publié le par Afp

PARIS (AFP) — La France a rejeté une demande de visa, qu'elle estime non "justifiée", de l'opposant tchadien Ngarlejy Yorongar, qui a sollicité un visa pour raisons médicales, a indiqué jeudi le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères.

"La France a eu l'occasion à plusieurs reprises d'accueillir M. Ngarlejy Yorongar et de lui apporter l'aide médicale dont il a eu besoin", a déclaré le porte-parole, Frédéric Desagneaux, lors d'un point de presse.

"La nouvelle demande de visa qu'il vient de déposer en invoquant des raisons médicales ne nous a pas paru justifiée dans la mesure où M. Yorongar bénéficie localement d'un suivi médical adapté", a-t-il ajouté.

Selon son entourage, M. Yorongar, qui souffre d'une sciatique invalidante, a déposé une demande le 26 février et s'est fait répondre par l'ambassade de France à N'Djamena que son dossier était à l'étude.

"Nous lui avons proposé d'effectuer un examen approfondi dans les structures hospitalières françaises au Tchad, proposition à laquelle il n'a pas donné suite", a ajouté M. Desagneaux.

M. Yorongar est rentré en décembre dernier au Tchad après neuf mois d'exil en France.

Il s'y était réfugié après avoir été porté disparu pendant près d'un mois à la suite d'une offensive rebelle sur N'Djamena en février 2008, qui avait failli renverser M. Deby.

Selon son récit à l'époque confirmé par des témoignages concordants, il avait été arrêté le 3 février dans la capitale par les services tchadiens de sécurité, et avait réussi, après 18 jours de détention au secret, à fuir au Cameroun voisin d'où il s'est rendu en France.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article