Centrafrique : une trentaine de militaires devant la justice

Publié le par Afp

BANGUI (AFP) — Une trentaine de militaires centrafricains comparaissent depuis mercredi et jusqu'au 24 avril, devant le Tribunal militaire permanent (TMP), pour des dizaines d'affaires dont le détournement d'armes, des violences et des séquestrations arbitraires, a constaté l'AFP.

L'affaire la plus médiatique, le 22 avril, concerne le lieutenant Olivier Koudémon, "alias" Gbangouma, considéré comme un proche du chef de l'Etat François Bozizé, et accusé "de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" d'un commissaire de police en mars à Bangui.

Certains prévenus devront aussi répondre d'accusations d'abandon de poste, de désertion, ainsi que d'arrestations et de séquestrations arbitraires.

Au total 27 affaires sont au menu de cette session du TMP, l'instance judiciaire chargée de juger les infractions commises par les militaires en Centrafrique.

Le TMP siège deux fois par an et juge chaque année plusieurs dizaines de militaires centrafricains.

La Centrafrique, pays enclavé figurant parmi les plus pauvres de la planète, tente de mener à son terme un processus de paix après avoir été pendant des années en proie aux exactions de groupes rebelles, de "coupeurs de routes" mais aussi de l'armée gouvernementale.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article