Gabon - Nécrologie : La dépouille d’Edith Bongo rapatriée à Libreville

Publié le par jeune afrique

Le corps de la première dame du Gabon, décédée samedi au Maroc, est arrivé mercredi après-midi à Libreville. Edith Bongo Ondimba, fille du président congolais Denis Sassou Nguesso, sera prochainement inhumée dans son pays natal.


La dépouille d’Edith Bongo est arrivée mercredi à l’aéroport Léon Mba de Libreville, à bord d’un Boeing 747 spécialement affrété la Royal Air Maroc. Un peu avant, son époux, le président gabonais Omar Bongo Ondimba, et son père, le chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, avaient atterri dans un avion gabonais. Ils revenaient de Rabat, où la première dame est décédée des suites d’une longue maladie, ont annoncé samedi les autorités gabonaises.

Vive émotion

Ils étaient nombreux à s’être déplacés pour saluer « Maman Edith », qui menait diverses activités humanitaires. « La foule [était] composée de plusieurs communautés gabonaise et étrangère, dont certains membres sont arrivés de l’intérieur du pays et même de l’extérieur », explique Gabonews. Le site Internet souligné que des endeuillés ont « fondu en larmes après la descente d’avion des deux chefs d’Etat ».

Xinhua rapporte aussi des larmes. Celles de « femmes » et de « ministres » submergés d’émotion à la vue du « cercueil « couvert (…) du drapeau tricolore gabonais ». Sur le chemin du palais présidentiel, l’agence de presse chinoise raconte qu’« une véritable marée humaine a déferlé (…) dans le calme à l'aéroport et le long du front de mer (…). Des hommes, femmes et enfants brandissaient pancartes et banderoles en l'honneur de l'illustre disparue ».

Les obsèques du docteur en médecine de 45 ans se dérouleront au Gabon et au Congo. « Après concertation », les deux pays se sont entendus pour qu’Edith Bongo soit inhumée dans son pays natal, selon les « us et coutumes mbochis », son ethnie. Elle sera enterrée dans les jours qui viennent à Edu, le village qui abrite le cimetière familial de la famille Sassou Nguesso

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article