Zimbabwe : trafic d'or déjoué

Publié le par Bbc Afrique

Selon une enquête de la BBC, la vice-présidente du Zimbabwe, Joyce Mujuru, aurait tenté de faire passer en Europe pour plusieurs millions de dollars d'or, malgré les sanctions internationales.

L'intéressée n'a pas réagi pour le moment.

Joyce Mujuru fait partie de plus de 200 personnes visées par l'interdiction de voyager et du gel des avoirs dans l'Union européenne.

Elle et ses collègues du parti de Robert Mugabe, la ZANU-PF, sont accusés de violer les droits de l'Homme.

Une société ayant des bureaux en Europe - Firstar - affirme que la fille de Joyce Mujuru lui a proposé de vendre plus de 3 tonnes et demi d'or congolais.

Selon des copies de courriels, la vice-présidente zimbabwéenne devait payer les frais de transport de l'or vers une société de Zurich, en Suisse.

Felix Eimer de Firstar explique que Joice Muruju était une figure centrale de la vente.

Il affirme que sa fille, Nyasha del Campo, était seulement la personne qui coordonnait l'opération, mais que la personne derrière la transaction, et qui devait conclure la vente, était bien sa mère.

La société Firstar indique s'être retirée dès qu'elle a su qui elle était .

Elle ajoute que Joyce Mujuru a alors appelé le directeur général en Europe pour lui demander de revenir sur la décision.

La BBC n'a pas pu joindre Joyce Mujuru, ni son mari Solomon, un ancien dirigeant de l'armée zimbabwéenne.

Le couple figure parmi les personnes les plus riches et les plus puissantes du Zimbabwe, possédant de nombreux intérêts miniers.

Leur fille, basée à Madrid, indique qu'elle consulte ses avocats.

Joyce Mujuru a été nommée, il y a 5 ans, par le président Mugabe, première femme vice-présidente du pays.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article