Centrafrique - Liberté de la Presse : un journal privé suspendu pour avoir "insulté" des autorités

Publié le par Le Monde

Le quotidien privé centrafricain Le Citoyen a été suspendu pour un mois par le Haut conseil de la communication (HCC) pour avoir "insulté" des autorités du pays en les qualifiant notamment de "chiens chétifs", selon un communiqué diffusé vendredi soir par la radio nationale.

Le texte rappelle que dans son édition du 16 septembre, le journal avait traité les députés centrafricains de "kpanda", mot en langue nationale sango désignant un chien chétif et galeux. Il avait également par dérivation qualifié l'actuelle législature de "kpandature".

Le 7 janvier, le quotidien avait repris les mêmes termes, en visant les autorités et la classe politique dans un article intitulé "L'année 2009 commence mal avec des grèves et obsèques".

Le HCC l'a accusé d'avoir "copieusement insulté et méprisé" des députés et d'"invectives et termes indécents" envers les autorités. Il l'a suspendu pour un mois à compter de samedi, précisant qu'il s'exposerait "à des sanctions disciplinaires de dernière rigueur" en cas de non-respect de la mesure.

"C'est un coup porté à la liberté de la presse", a commenté Michel Alkhaly Ngadji, président du Groupement des éditeurs de la presse privée indépendante de Centrafrique (Geppic).

Créé en 1996 par Gabriel Maka Gbossokotto, actuel président de l'Union des journalistes de Centrafrique (UJCA), Le Citoyen est le quotidien le plus lu à Bangui.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article