République Centrafricaine : Hommage à Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo, disparu tragiquement

Publié le par Fidh

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) exprime sa plus vive émotion et sa profonde tristesse à la suite du décès de Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo, président de la Ligue centrafricaine des droits de l’Homme (LCDH), son organisation membre en Centrafrique.



Export PDF : Enregistrer au format PDF
envoyer l'article par mail title= envoyer par mail

Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo était farouchement engagé à dénoncer et combattre les violations des droits de l’Homme commises dans son pays et sur le continent africain. « Maître Goungaye Wanfiyo était un avocat d’une grande intégrité, qui a œuvré sans relâche en faveur d’une justice indépendante, équitable et juste dans son pays. Nous perdons tragiquement un grand militant des droits de l’Homme », a déclaré Sidiki Kaba, président d’honneur de la FIDH.

Avocat brillant et indépendant, Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo se distinguait par son franc-parler et son courage à lutter inlassablement contre les violations des droits de l’Homme, commises par toutes les parties aux différents conflits qui se succèdent en RCA, pour la défense des victimes de ces crimes, dénonçant encore très récemment l’exclusion de ces victimes du dialogue national dans son pays.

« La FIDH tient à saluer solennellement la mémoire d’un grand défenseur des droits de l’Homme, ayant passé plus de 20 ans de sa vie à lutter inlassablement contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves perpétrés au cours de multiples conflits qui ont frappé la République centrafricaine depuis plus de 10 ans », a déclaré Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH.

Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo était ainsi résolument engagé dans les procédures en cours devant la Cour pénale internationale (CPI), en faveur de la défense des droits des victimes. Il s’apprêtait à représenter devant la CPI de nombreuses victimes dans l’affaire Jean-Pierre Bemba.

Pour l’ensemble de ses activités, Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo faisait l’objet de nombreuses menaces et tentatives d’intimidations.

Selon les informations reçues, Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo est décédé dans la nuit du 27 décembre 2008, au volant d’un véhicule qui aurait percuté un camion à la signalisation défaillante. Il revenait d’une mission auprès des victimes qu’il allait représenter devant la CPI. La FIDH demande qu’une enquête indépendante et impartiale puisse faire toute la lumière sur les circonstances exactes de sa mort.

Le décès de Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo endeuille les 155 organisations membres de la FIDH et rappelle l’engagement, la droiture et le courage des hommes et des femmes qui luttent au quotidien pour défendre et promouvoir les droits fondamentaux des personnes humaines, quelles que soient leurs origines, croyances ou opinions.

La FIDH présente ses plus sincères condoléances à la famille de Maître Nganatouwa Goungaye Wanfiyo, aux membres de la LCDH et aux amis, qui l’ont accompagné tout au long de ces années de lutte en faveur de la paix et du respect des droits de l’Homme en République centrafricaine et dans le reste du monde.

Publié dans DROITS DE L'HOMME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article