Centrafrique/Politique : Clôture à Bangui des assises du Dialogue Politique Inclusif

Publié le par Acap

Bangui, 20 dec. (Acap)- Le Dialogue Politique Inclusif (DPI) censé ramener la paix en République Centrafricaine a pris fin samedi 20 décembre 2008, à Bangui, en présence des présidents François Bozizé de Centrafrique et Omar Bongo Odimba du Gabon ainsi que du Secrétaire général de la Cen-Sad, le docteur Mohamed Madani el Azari.

Poignée de mains entre François Bozizé et son prédécesseur Ange Félix Patassé (Photo Dibert-Békoy/Acap)
La cérémonie de clôture de ce forum, qui aura enregistré la participation des représentants de tous les groupes politico-militaires, y compris Abdoulaye Miskine arrivé de Tripoli la veille au soir, a été marquée par une accolade entre le président François Bozizé
et son prédécesseur Ange Félix Patassé, rentré d'un exil au Togo le 7 décembre dernier.

« Prenons tous ensemble la résolution d’appliquer sans complaisance les différentes recommandations adoptées au nom du peuple centrafricain par toutes les délégations au DPI par consensus", a notamment déclaré M. Patassé, qui a proposé la mise en place d’un mécanisme à deux niveaux pour le suivi de l'application des recommandations et comportant un conseil regroupant le président Bozizé et ses deux prédécesseurs, à savoir André Kolingba et Ange Félix Patassé.

« Il est temps d’unir nos efforts", a pour sa part déclaré le président Bozizé, qui a promis que "les recommandations seront mises en oeuvre progressivement pour celles qui nécessitent la mobilisation de ressources", avant de s'engager à "tout mettre en oeuvre pour préserver la paix et la stabilité de notre pays".

S'adressant aux délégués en Sango (langue nationale), le Président de la République a annoncé pour le mardi 23 décembre la tenue d'une réunion destinée à recueillir les propositions des différentes parties au DPI pour la composition du comité de suivi et du prochain gouvernement.

Dernier à prendre la parole en sa qualité de Haut Médiateur pour les questions centrafricaines dans l'espace Cemac, le président gabonais Omar Bongo Ondimba a exhorté les Centrafricains à mettre en oeuvre les fruits de leurs propres réflexions et la communauté internationale à soutenir la République Centrafricaine.

"comme disait Gandhi, il vaut mieux être gouverné par un mauvais gouvernement de son pays que par un bon gouvernement étranger", a conclu le chef de l'Etat gabonais.

Rappelons que plus d’une trentaine de recommandations ont été adoptées parmi lesquelles la mise en place d’un Gouvernement de consensus intégrant les différentes entités ayant participé au DPI, la cessation du cumul de fonctions par le président de la République, la mise en œuvre du programme de désarmement adopté par le comité de suivi de l'accord de paix global et la mise en place d'une commission Vérité Réconciliation.

Au bout de deux semaines de discussions axées autour des thèmes d’actualité, à savoir la politique et la bonne gouvernance, le développement socio économique, la sécurité et les groupes armés, les protagonistes aux différentes crises centrafricaines ont pris la résolution d'enterrer la hache de guerre et de mener désormais une lutte purement politique.

Samedi 20 Décembre 2008 - 16:19
A.P. Lékéliho/ACAP

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article

Consul de la Lobaye 22/12/2008 14:23

cet un geste  qui me touche beaucoup ,il faut que tous les centrafricains savent pardoner pour  que  notre belle  et riche nation deviennent comme celle des autres il nya pas  de paix sans le pardon                      God bless  Central african republic