Centrafrique : demande de création d'une Commission vérité et réconciliation

Publié le par Afp

BANGUI (AFP) — Des participants au Dialogue politique inclusif, forum sur la paix en Centrafrique, ont recommandé jeudi à Bangui la création d'une Commission vérité et réconciliation pour permettre "un pardon définitif" après des années de conflits et exactions.

"Je propose (...) de mettre en place, en dehors de ces assises, une Commission vérité et réconciliation à l'instar de l'Afrique du Sud", a déclaré le pasteur Joseph Benguemalet, un des vice-présidents du forum.

Le Dialogue regroupe pouvoir, opposition, société civile et mouvements rebelles pour sortir la Centrafrique des rébellions, exactions, crises sociale, économique et financière dont elle est la proie depuis plusieurs années.

Cette structure devrait permettre aux "veuves et orphelins" victimes des conflits et exactions "de savoir la vérité pour un pardon définitif entre ces victimes et ceux qui jusqu'ici, ne sont considérés que comme leurs bourreaux", a ajouté le pasteur Benguemalet.

Sa proposition a été approuvée par acclamation par les quelque 200 délégués présents à la concertation, ouverte le 8 décembre et qui s'achèvera samedi. Elle doit figurer parmi les recommandations du document final du Dialogue, en cours de rédaction.

L'Afrique du Sud a créé une Commission vérité et réconciliation, chargée de recenser les crimes commis pendant l'apartheid, confrontant "bourreaux" et "victimes", avec possibilité d'amnistier ceux qui "confesseraient" leurs exactions devant elle.

Il a par ailleurs été recommandé aux autorités centrafricaines de respecter la laïcité, conformément à la Constitution, sur proposition du capitaine Abakar Sabone, chef du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ, rébellion).

Le capitaine Sabone, de confession musulmane, a notamment demandé - et obtenu une recommandation dans ce sens - de rendre fériés les jours correspondants aux fêtes musulmanes de l'Aïd el-Fitr (après le ramadan) et de l'Aïd el-Kébir (fête du mouton).

Selon des chiffres non officiels, la Centrafrique compte entre 10 et 15% de musulmans pour une population de quelque 4,5 millions d'habitants dominée par les chrétiens protestants.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article