Gabon : Bozizé prend l’onction d'avant la bataille

Publié le par Gaboneco

Le président de la République centrafricaine était en séjour le 2 décembre dans la capitale gabonaise pour s’entretenir avec son homologue gabonais Bongo Ondimba, président du Comité ad hoc de l’espace CEMAC sur les questions centrafricaines. Les deux chefs d’Etat ont planifié les derniers préparatifs des assises de réconciliation nationale qui se tiendront du 5 au 20 décembre à Bangui pour stabilisation politique durable du pays.

Le chef de l’Etat centrafricain, François Bozizé, a séjourné à Libreville le 2 décembre dernier, où il a eu une séance de travail avec son homologue gabonais Bongo Ondimba pour baliser le déroulement du dialogue politique inclusif en République centrafricaine.

Cette séance de travail a réuni le chef de l’Etat gabonais en sa qualité de président du comité ad hoc de la CEMAC sur les questions centrafricaines, le vice-président Didjob Divungi Di Ndingue, le ministre délégué aux Affaires étrangères, Noël Nelson Messone, ainsi que le haut représentant personnel du président de la République, Guy Rossatanga Rignault.

Monsieur Bozizé était lui assisté de son ministre de la Communication, chargé de l’organisation du dialogue, Cyriaque Gonda, de son ministre de l’Intérieur, Paul Raymond Ndougou, ainsi que de son ministre conseiller à la présidence, Stanislas Mbangot.

Il a été question de fixer les derniers points pour le bon déroulement des assises de réconciliation nationale qui réuniront du 5 au 20 décembre prochain à Bangui les représentants du pouvoir, de l’opposition, des mouvements rebelles et de la société civile pour la mise en place d’un processus de paix fiable et durable.

Le chef de l’Etat centrafricain a annoncé que ces assises seront ouvertes par le président Bongo Ondimba et seraient ensuite dirigées par l’ancien président burundais, Pierre Buyoya.

«Dans un état d'esprit normal, c'est le dialogue politique inclusif qui réuni tous les frères centrafricains et nous aurons à traiter des questions qui concernent la République centrafricaine dans la fraternité. Si tous les participants sont animés de faire aboutir la paix, nous ne voyons pas ce qui pourrait empêcher cela», a déclaré François Bozizé.

«Le délai reste comme convenu. Nous avons fixé les 6 et 7 décembre pour recevoir les participants, les enregistrer et puis l'ouverture officielle c'est le 8 décembre», a annoncé le président centrafricain, précisant que «Patassé est prévu pour le 7 décembre».

La tenue de ces assises avait été plusieurs fois repoussée en raison de désaccords persistants entre le pouvoir et les rebelles, notamment l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean Jacques Demafouth, concernant les préalables à la tenue du dialogue

Les rebelles contestaient notamment les termes de la loi d’amnistie générale, préalable indispensable à la tenue du dialogue adoptée dans l’accord de paix global signé le 21 juin à Libreville.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article