Détournement de l'argent Public - Plainte à Paris : colère de Brazzaville

Publié le par Afrique Centrale Infos

Les ONG accusant des chefs d'Etat africains, dont Denis Sassou Nguesso du Congo, de posséder en France des biens financés par de l'argent public détourné, doivent "s’attaquer d’abord aux fonds vautours" appauvrissant l'Afrique, a estimé mercredi un ministre congolais.

"Que ces ONG (françaises Transparence internationale France -TI- et Sherpa) et leurs avocats s’attaquent d’abord aux fonds spéculatifs ou fonds vautours qui appauvrissent nos populations", a déclaré le ministre de la Communication Alain Akouala, les qualifiant de "groupuscules".

Les fonds vautours ont racheté ces dernières années, à vils prix, les créances de certains pays en développement, dont le Congo, à qui ils réclament des sommes plus importantes.

TI, Sherpa et un ressortissant gabonais, ont déposé mardi à Paris une plainte avec constitution de partie civile visant, outre le président Sassou Nguesso, Omar Bongo Ondimba (Gabon) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale).

Cette plainte porte sur "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France" par ces trois chefs d'Etat, "ainsi que des membres de leur entourage", selon les deux ONG.

Le ministre, également porte-parole du gouvernement, a soutenu qu'elles voulaient "mener des opérations de déstabilisation des pays africains en quête de stabilité économique".

Ces ONG avaient déjà tenté de faire ouvrir une enquête sur ce dossier. Une plainte déposée en mars 2007 avait conduit à l'ouverture d'une enquête préliminaire, mais pour le parquet de Paris, les investigations n'avaient "pas permis de mettre en évidence des infractions pénales".

L'enquête policière avait notamment établi, selon le quotidien Le Monde en janvier, qu'Omar Bongo Ondimba et sa famille possédaient 33 appartements ou maisons en France, et que Denis Sassou Nguesso avait au moins trois résidences à Paris.

Une nouvelle plainte, déposée en juillet 2008, a été classée sans suite en septembre pour les mêmes raisons.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article