Justice : L'ancien président centrafricain se dit prêt à répondre aux questions de la CPI

Publié le par Xinhuanet

YAOUNDE, 27 novembre (Xinhua) -- L'ancien président  centrafricain Ange Félix Patassé qui a annoncé sa participation au dialogue national inclusif prévu du 5 au 20 décembre prochain à  Bangui, se dit prêt à répondre à toutes les questions de la Cour  pénale international (CPI) d'autant plus que lui-même accuse, a  rapporté jeudi la radio nationale camerounaise. 

     "Ma disponibilité pour la CPI est totale premièrement et  deuxièmement, je suis moi aussi accusateur", a déclaré M. Patassé  qui souhaite cependant que cette cour siège à Bangui et non au  Pays-Bas. 

     "Nous voulons la manifestation de la vérité...C'est la justice  qui va mettre les choses en évidence pour que la vérité soit  connue. J'attends fermement calmement et sereinement ce que la CPI va me poser comme question", a-t-il ajouté. 

     "Lorsqu'on parle de viol, il faut aussi se poser la question  pourquoi il a été provoqué, pour quoi il est arrivé, quelle est la source, que de se pencher uniquement sur les faits", a réagi M.  Patassé. 

     L'ancien président centrafricain dit avoir pardonné à l'actuel  président François Bozizé qui l'a chassé du pouvoir en 2002 et  ajoute qu'il va s'impliquer dès son retour à Bangui au retour de  la paix dans son pays. 

     La CPI a ouvert une enquête sur des viols commis sur plusieurs  centaines de femmes pendant des combats d'octobre et novembre  entre les rebelles de M. Bozizé et les forces armées  centrafricaines appuyées par le mouvement armé de l'opposant  congolais Jean Pierre Bemba. 

     Dans sa défense, l'opposant congolais se défend à la CPI au  Pays-Bas, qu'il ne fût pas sur place et que le seul qui donnait  les ordres à son armé soit M. Patassé.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article