L'UE discute du renforcement de la Monuc et d'une opération humanitaire

Publié le par Jeune Afrique

L'Union européenne doit tenir à Bruxelles des consultations sur un renforcement de la force de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), la Monuc, a annoncé le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner.

Les représentants des 27 vont aussi étudier "la mise en place rapide d'une opération logistique humanitaire" pour venir en aide aux populations de la région, a déclaré le ministre dans un communiqué.

La présidence française de l'UE organise vendredi de "nouvelles consultations afin, d'une part, d'envisager les modalités de renforcement de la mission des Nations unies (Monuc) et, d'autre part, de permettre la mise en place rapide d'une opération logistique humanitaire coordonnée pour venir en aide aux populations du Kivu", indique le communiqué sans autre précision.

La rébellion dirigée par le général déchu tutsi Laurent Nkunda a encore progressé jeudi dans l'est de la RDC, et se trouvait aux portes d'une ville stratégique de la province du Nord-Kivu, Kanyabayonga. Cette progression, aux dépens d'une armée congolaise dépassée par les événements, place les casques bleus de la Monuc dans une situation extrêmement délicate.

Le ministre français n'a donné aucune précision sur ce que les Européens pourraient envisager pour renforcer cette force de l'ONU en RDC, qui compte 17.000 hommes.

Bernard Kouchner avait suggéré à la fin du mois d'octobre la possibilité pour l'Union européenne de dépêcher en RDC une force militaire à vocation humanitaire. Il se serait agi d'y envoyer un "groupement tactique" européen, c'est-à-dire entre 400 et 1.500 militaires qui peuvent être rapidement déployés.

Mais les partenaires de la France avaient écarté cette option et insisté sur la nécessité d'explorer les voies diplomatiques.

Le 3 novembre, le ministre français, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE jusqu'à la fin de l'année, avait réclamé "des soldats différents, des règles d'engagement et une volonté de commandement différents" pour la Monuc.

Par ailleurs la secrétaire d'État adjointe américaine aux Affaires africaines Jendayi Frazer a appelé jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU à accepter rapidement le renforcement de la Monuc.

"La crise qui touche la population civile est absolument extrême et c'est pourquoi nous pensons que le Conseil de sécurité doit prendre des décisions rapides pour fournir deux bataillons supplémentaires", soit environ 3.000 hommes, a déclaré Mme Frazer à l'AFP.

Elle a indiqué que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon appuyait cette initiative et que son soutien pourrait permettre de convaincre le Conseil de sécurité d'agir en ce sens.

Ce dernier a de nouveau discuté mardi de la situation en RDC, sans prendre de décision sur les appels à un renforcement de la force, selon des diplomates.

Publié dans L'AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article