Ouganda : ultimatum du gouvernement au chef de la rébellion

Publié le par Afp

KAMPALA, 5 novembre (Xinhua) -Personne ne sait où sont  passées les quelque 50.000 personnes déplacées fuyant les récents  combats au Nord-Kivu, dans l'Est de la République démocratique du  Congo (RDC) après que leurs camps eurent été détruits et vidés, a  déclaré mercredi l'agence onusienne en charge des réfugiés. 

     Le bureau du Haut commissariat des Nations-Unies pour les  réfugiés (HCR) à Kampala a indiqué dans une déclaration que trois  camps de déplacement interne - Dumez, Nyongera, Kasasa près de la  ville de Ritshuru - ont été détruits l'on ne sait pas toujours où  se trouvent les occupants.  

     "Nous essayons, avec nos partenaires, de déterminer là où se  trouvent des dizaines de milliers de déplacés internes des camps  de la région de Rutshuru," a indiqué la déclaration.  

     Le HCR n'a pas mentionné celui qui est à l'origine des  destructions des camps, ni si les personnes installées là jusqu'à  la semaine dernière ont volontairement quitté ou ont été forcées  de partir.  

     Le HCR a déclaré qu'un camp de fortune à Kibumba, à quelque  40km au nord de Goma, abritant au moins 26.000 déplacés, a aussi  été rendu méconnaissable. La plupart des 26.000 déplacés sont  actuellement au camp de Kibati, toujours au nord de Goma.  

     Plus de 250.000 personnes ont été déplacées ces trois derniers  mois dans les combats opposant les soldats fidèles au général  rebelle Laurent Nkunda à l'armée congolaise au Nord-Kivu.  

     Dans les six camps gérés par le HCR autour de Goma, il y a  actuellement 135.000 déplacés pendant que 10.000 autres ont  traversé à l'Ouest de l'Ouganda voisin.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article