Etats Unis - Presidentielle 08 : Barack Obama bat le rappel des troupes

Publié le par Libération

Barack Obama est le premier à mettre en garde contre un sentiment de certitude de la victoire qui pourrait, au final, conduire à la défaite. «Pendant ces derniers jours de campagne, vous ne pouvez pas ralentir ou vous reposer, disait-il jeudi soir à ses militants, pas un jour, pas une minute, pas une seule seconde.»
Le sénateur de l’Illinois fait néanmoins comme si l’élection était déjà gagnée dans les régions qui votent traditionnellement démocrate et concentre ses efforts dans les Etats que George Bush a emportés en 2004. Obama a fait campagne jeudi en Floride - en compagnie de Bill Clinton, qui a rappelé qu’il avait tenu une trentaine de meetings, et Hillary «plus de 70», en faveur d’Obama. Vendredi, c’était le tour de l’Indiana. Samedi, il sera au Nevada, au Colorado et passera la journée suivante dans l’Ohio. David Plouffe, son principal conseiller, a même annoncé vendredi qu’il était question de faire campagne dans l’Arizona, Etat dont John McCain est le sénateur.

«Socialiste». Cette stratégie totale contraint McCain, déjà désavantagé par ses maigres ressources financières, à défendre des bastions républicains qui en temps ordinaire se seraient ralliés à lui. Son principal argument : Obama serait un «socialiste» - très péjoratif aux Etats-Unis - qui ambitionnerait de «redistribuer les richesses». Afin de mieux faire passer ce message dans les tuyaux médiatiques, il fait désormais campagne avec Sam Wurzelbacher, alias «Joe le plombier».

Obama est le mieux placé pour emporter la victoire, la moyenne des sondages nationaux lui accordant vendredi 49,7 % des voix contre 43,8 % à son rival, selon le site Realclearpolitics. Mais tout peut encore arriver, vu le grand nombre d’indécis. Ces sondages ne sont qu’indicatifs puisque l’élection, qui ne se fait pas au suffrage universel direct, se jouera probablement dans six ou sept Etats clés - Pennsylvanie, Ohio, Virginie, Caroline du Nord, Floride et Colorado.

Marge d’erreur. Dans ceux-ci, les enquêtes d’opinion ont du mal à départager les deux candidats : ils créditent généralement Obama de quelques points d’avance, mais rarement au-delà de la marge d’erreur. Par ailleurs, le camp démocrate s’inquiète de savoir si les jeunes, qui constituent le fer de lance de l’armée d’Obama, iront bel et bien voter en masse le 4 novembre.

Publié dans LE MONDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article