Afrique du sud : La montée de la violence politique

Publié le par Bbc Afrique

En Afrique du Sud, la commission électorale indépendante a mis en garde contre le danger de la violence politique à l'approche des élections générales prévues l'année prochaine, après la scission de l'ANC. La déclaration intervient après une série d'affrontements entre partisans de l'ANC et ceux de la faction dissidente qui se prépare à former un nouveau parti

La commission électorale indépendante affirme qu'il y a des signes que la campagne électorale en cours, menée par les parties politiques en Afrique du Sud est entrain de tourner à la violence. La commission ajoute que des cas de violence politique et des discours de haine lui sont rapportés quotidiennement.

Bien qu'il ne soit pas mentionné, le communiqué coïncide avec la scission inéluctable au sein de l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud. La police est intervenue à maintes reprises pour empêcher les partisans de l'ANC de perturber les réunions de la faction dissidente qui tente de former un nouveau parti suite à la démission du président Thabo Mbeki.

Jeudi dernier, des loyalistes de l'ANC ont scandé des menaces de morts contre le dirigeant de la faction dissidente, l'ancien ministre de la défense, Mosiuoa Lekota, alors qu'il animait un meeting politique.

Bien que l'Afrique du Sud soit perçue comme un modèle de démocratie multipartite sur le continent, les précédentes élections ont été marquées par des affrontements entre partisans de différentes formations politiques. La crainte est que le venin politique déclenchée par la scission au sein de l'ANC pourrait provoquer une nouvelle ère de violence politique à travers le pays. .

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article