Etats Unis - Presidentielle 08 : Barack Obama suspend sa campagne pour voir sa grand-mère malade

Publié le par Le Nouvel Obs

Par John Whitesides

INDIANAPOLIS (Reuters) - Le candidat démocrate à la Maison blanche, Barack Obama, suspend ce jeudi sa campagne pour se rendre au chevet de sa grand-mère à Hawaï, laissant le champ libre à son rival républicain John McCain pendant quelques heures, à moins de deux semaines de l'élection du 4 novembre.

Le sénateur métis de l'Illinois sera vendredi à Honolulu pour voir Madelyn Dunham, sa grand-mère maternelle blanche qui l'a élevé aux côtés de sa mère et de son grand-père.

Agée de 85 ans, celle qu'il surnomme "Toot", dérivé de "tutu", le mot hawaïen pour "grand-mère", s'est fracturé la hanche et va très mal. Obama a expliqué qu'il ne voulait pas répéter l'erreur qu'il avait faite avec sa mère, qui est morte d'un cancer avant qu'il ait pu venir à son chevet.

"On savait qu'elle n'allait pas bien mais vous savez, le diagnostic était tel qu'on pensait avoir un peu plus de temps. Je veux être certain de ne pas faire deux fois la même erreur", a expliqué Obama dans l'émission matinale de CBS "Early Show".

Cette pause dans la campagne survient alors qu'Obama est crédité d'une solide avance dans les sondages, voire creuse l'écart sur son rival républicain.

Après un meeting à Indianapolis à la mi-journée, Obama prendra l'avion pour un voyage de onze heures, escale de ravitaillement incluse. Il passera environ 24 heures sur place avant de retourner au Nevada, où il est attendu vendredi soir.

Mais le rythme de sa campagne ne devrait pas faiblir. Une interview qu'il a accordée à ABC doit être diffusée vendredi et son épouse Michelle, comme son colistier Joe Biden, tiendront des réunions électorales.

PRÉJUGÉS

Julian Zelizer, historien à l'université de Princeton, estime qu'Obama prend un risque en interrompant sa campagne à une date aussi proche du scrutin mais "c'est un choix personnel qui l'aidera moralement et devrait le rendre plus fort comme candidat".

En se rendant sur l'île de son enfance, il dévoile aussi un aspect de sa vie privée qui ne le desservira pas forcément après avoir été attaqué sans relâche par le camp républicain sur son patriotisme, sa religion ou son parcours.

"Il vaut certainement mieux passer 36 heures à parler aux électeurs indécis de Pennsylvanie que de faire une pause à Hawaï, mais une partie de la campagne consiste aussi à faire connaître le candidat", ajoute Zelizer. "Il est le type qui, en plein milieu d'une campagne, prend un moment pour sa famille. Cela livre un indice sur sa personnalité."

Le sénateur métis de l'Illinois évoque souvent dans ses discours ses deux grands-parents maternels.

Le grand-père a combattu lors de la Seconde Guerre mondiale pendant que sa grand-mère travaillait sur une chaîne de fabrication d'obus. Après avoir donné naissance à la mère d'Obama au Kansas, le couple s'est installé à Hawaï, où Madelyn Dunham est devenue vice-présidente d'une banque.

"C'est elle qui m'a appris à travailler dur", avait lancé Obama à la tribune de la convention démocrate de Denver, en acceptant sa nomination comme candidat. "Elle est celle qui a remis à plus tard l'achat d'une nouvelle voiture ou d'une nouvelle robe pour que j'aie une meilleure vie."

Mais le sénateur métis, de père kényan, avait aussi évoqué sa grand-mère de façon plus crue, après la controverse provoquée en mars par les discours enflammés de son ancien pasteur, le révérend noir Jeremiah Wright, contre les Blancs américains.

"Je ne peux pas le désavouer tout comme je ne peux pas désavouer ma grand-mère blanche, une femme qui m'a élevé, une femme qui s'est sacrifiée jour après jour pour moi, une femme qui m'aime plus que tout au monde, mais une femme qui m'a avoué un jour sa peur des hommes noirs qui passaient dans la rue devant chez elle, et qui en plusieurs occasions a exprimé des préjugés racistes ou ethniques qui m'ont fait honte."

Version française Jean-Stéphane Brosse

Publié dans LE MONDE

Commenter cet article