Afrique du Sud : l'ANC au bord de la scission

Publié le par Bbc Afrique

La rupture n'est pas encore consommée, mais elle est quasiment inévitable, si l'on en croit l'ancien ministre de la Défense.

Mosiuoa Lekota n'est pas allé jusqu'à annoncer son départ de l'ANC, mais il a déclaré que la procédure de divorce était engagée et qu'un congrès aurait lieu d'ici un mois pour en discuter.

L'ancien ministre de Thabo Mbeki a sévèrement critiqué la manière dont le parti au pouvoir en Afrique du Sud est dirigé.

Selon lui, l'ANC a renoncé à ses valeurs.

Mais si un nouveau parti est créé à l'issue du congrès, il devra relever un défi de taille : être prêt à temps pour l'élection présidentielle, prévue dans la première moitié de l'année prochaine.

Les profondes divisions au sein de l'ANC apparaissent aujourd'hui au grand jour, mais en fait elles couvaient depuis longtemps.

L'un des points de désaccord est la place à accorder aux communistes.

Les dissidents, conduits par Mosiuoa Lekota, reprochent à l'actuelle direction d'avoir confié des postes clefs aux communistes : le secrétariat général, par exemple.

Selon Mosiuoa Lekota, la distinction qui a toujours existé entre les deux partis - même s'ils ont conclu une alliance - , est en train de disparaître.

On ne sait pas combien de responsables et de militants de l'ANC sont prêts à suivre l'ancien ministre de la Défense, mais le parti fondé en 1912 a toujours fait preuve d'une remarquable unité.

L'initiative de Mosiuoa Lekota représente la dissidence la plus sérieuse en près d'un demi-siècle.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article