Centrafrique : l'UFDR se déclare prêt au cantonnement immédiat

Publié le par Xinhuanet

YAOUNDE, 5 octobre (Xinhua) -- Le mouvement rebelle  centrafricain de l'Union des Forces démocratiques pour le  Rassemblement (UFDR) a déclaré qu'il est prêt pour un cantonnement immédiat de ses troupes, estimant le délai de 60 jours prévu dans  la loi d'amnistie générale "très long", a rapporté dimanche la  radio nationale camerounaise. 

     "Pour cette loi d'amnistie, nous sommes très satisfaits parce  que c'est une étape décisive sur la route du dialogue politique  inclusif ; nous demandons que nos éléments soient cantonnés le  plus rapidement possible", a affirmé Ngarmi Bendjirbaye, le  porte-parole de l'UFDR d'Abdou laye Miskin. 

     "Nous attendons cela depuis 17 mois notamment après la  signature de l'accord de Birao le 13 avril 2007. 60 jours pour  nous c'est trop long", a-t-il dit. 

     "La signature de la loi d'amnistie bloquait le processus et  comme cette loi a été votée, nous sommes prêts dans la mesure où  nos éléments ont été identifiés depuis", a-t-il ajouté. 

     Pourtant, les rebelles de l'Armée Populaire pour la  Restauration de la Démocratie (APRD) ont indiqué mercredi que le  cantonnement des troupes était techniquement impossible dans un  délai de deux mois à cause du manque de moyen financier. 

     Le leader de l'APRD Jean Jacques Demafouth a demandé  l'implication du Comité de suivi des accords de Libreville pour  une relecture des textes de l'amnistie. 

     Le ministre de la Communication, du Dialogue et de la  Réconciliation nationale, Cyriaque Gonda, a annoncé jeudi dernier  que la promulgation de cette loi par le chef de l'Etat François  Bozizé se fera dans la deuxième quinzaine du mois en cours.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article