Centrafrique : attaque rebelle d'un poste frontière proche du Soudan

Publié le par Afp

BANGUI (AFP) — Une faction rebelle de la Centrafrique a attaqué dans la nuit de dimanche à lundi la bourgade d'Am Dafok, proche de la frontière soudanaise et à 70 km à l'est de Birao, ont indiqué des sources concordantes.

Les informations demeuraient cependant divergentes sur la présence ou non des rebelles dans la matinée dans ce village.

Une vingtaine d'hommes armés des Forces pour l'unification de la République centrafricaine (Furca) ont pris le contrôle d'Am Dafok qui n'était défendue que par "4 ou 5 gendarmes et policiers", selon ces sources. Il n'y a pas eu de morts lors de l'attaque, ont-elles ajouté.

Mathurin Gerard, policier en poste à Birao, dans le secteur où est notamment basée la force européenne d'interposition (Eufor), a indiqué que les rebelles contrôlaient encore la bourgade lundi matin.

"Il est impossible que l'armée centrafricaine intervienne rapidement, les routes sont impraticables en raison des pluies", a-t-il affirmé à l'AFP par téléphone.

Slimane Hadjar, journaliste pour Radio Ndeke-Luka (privée), basé lui aussi à Birao, a en revanche indiqué que les rebelles avaient quitté Am Dafok au petit matin.

Les Furca constituent une nouvelle faction rebelle issue de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR).

Elles sont dirigées par Oumar Sobian, qui refuse l'accord de paix signé par le chef de l'UFDR, Damane Zakaria, avec le président centrafricain François Bozizé dans le cadre des accords préalables au "Dialogue politique inclusif", rassemblant toutes les parties centrafricaines (pouvoir, rébellions, opposition et société civile).

La Centrafrique, pays enclavé figurant parmi les plus pauvres de la planète, est en proie depuis 2005, année de l'élection de M. Bozizé, à l'insécurité dans le nord, où groupes rebelles, "coupeurs de routes" et soldats gouvernementaux commettent de nombreuses exactions.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article