Centrafrique - Politique : Appel du ministre de la communication aux protagonistes de la crise centrafricaine

Publié le par APA

APA Bangui (Centrafrique) Le ministre centrafricain de la communication, du civisme, du dialogue et de la réconciliation, Cyriaque Gonda, a lancé, mercredi à Bangui, un vibrant appel aux mouvements politico-militaires et à l’Union des forces vives de la Nation (UFVN) leur demadant de revenir tranquillement dans le processus du dialogue politique inclusif.

«Ce pays n’appartient pas au régime Bozizé, ni aux partis politiques, ni aux groupes politico-rebelles, mais il appartient au peuple centrafricain», a déclaré M. Gonda au cours d’un point de presse sur les résultats des travaux du Comité de suivi des accords signés dans le cadre du processus de paix avec tous les protagonistes de la crise centrafricaine.

«Il faut qu’on essaie de se rapprocher de ceux qui hésitent de retourner dans le processus du dialogue politique inclusif, pour se mettre autour d’une table et discuter des problèmes inter-centrafricains», a dit M. Gonda, affirmant que le président de la République est totalement d’accord pour la tenue du dialogue inclusif.

«C’est pourquoi il a effectué des déplacements à Tripoli en Libye et à Cotonou au Bénin, pour les accords parcellaires, et à Libreville au Gabon pour la signature de l’accord global de paix avec les différents mouvement politico-militaires, le 21 juin dernier», a-t-il expliqué.

Selon lui, le chef de l’Etat a débloqué cinquante millions de FCFA pour les préparatifs du dialogue politique inclusif, forum censé ramener la paix en Centrafrique.

«Après l’adoption et la promulgation de l’amnistie générale, on procédera au cantonnement des ex-combattants sous la supervision des Forces armées centrafricaines (FACA) et de la MICOPAX», a-t-il poursuivi.

La Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (MICOPAX) est la force de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) qui a remplacé en juillet dernier la Force multinationale de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (FOMUC)déployée dans ce pays en 2002.

Le Comité de suivi des accords signés dans le cadre du processus de paix avec tous les protagonistes de la crise centrafricaine s’est réuni le 15 septembre à Libreville pour statuer sur l’évolution de l’accord de paix global conclu dans la capitale gabonaise le 21 juin dernier.

Cet accord a été mis à mal à la suite du retrait de l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) et de l’Union des forces vives de la Nation (UFVN) qui regroupe des partis de l’opposition démocratique tels que le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC), le Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP), l’Association Londô, l’Association pour la solidarité et la démocratie (ASD) ainsi que le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC).

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article