Bulletin d'Information Humanitaire République Centrafricaine (RCA) 15 - 22 septembre 2008

Publié le par Reliefweb

Points saillants

- Le comité de suivi de l'accord de paix global réuni à Libreville le 15 septembre

- Ban Ki-moon demande 6.000 hommes pour le Tchad et la RCA

- 240 'mamans-paludisme' formées dans le nordest

- Contingent tchadien de la MICOPAX formé aux Droits de l'Homme

Contexte et sécurité

Comité de suivi réuni à Libreville

En vue de faire le point sur la mise en œuvre de l'accord de paix global, signé à Libreville le 21 juin dernier, le comité de suivi s'est réuni le 15 septembre dans la même ville.

Cyriaque Gonda, ministre de la Communication, du civisme, du dialogue et de la réconciliation nationale, et Raymond N'Dougou, ministre de l'Intérieur, ont représenté le gouvernement centrafricain à la rencontre. Jean-Jacques Démafouth et Henri Tchebo Wafio de l'Armée Populaire pour la Restauration de la Démocratie (APRD) et Djarnib Grebaye de l'Union des Forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) étaient présents pour les mouvements rebelles. Les discussions ont été facilitées par des hauts représentants du gouvernement gabonais, des Nations Unies en Centrafrique, de l'Union européenne, de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (MICOPAX), de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) et de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Au terme des travaux, le comité de suivi a appelé dans son communiqué final au respect du cessez-lefeu et à l'abstention de toutes déclarations médiatiques susceptibles de compromettre l'esprit de l'accord de paix global. Les participants ont sollicité une étroite collaboration de la MICOPAX dans la surveillance du respect du cessez-le-feu.

Le comité de suivi a également recommandé l'application de toutes les dispositions de l'accord global, notamment celles sur l'amnistie générale, et s'est félicité du retour de l'APRD dans le processus de paix.

Enfin, le comité de suivi a lancé un appel à la communauté internationale afin qu'elle redouble les efforts d'accompagnement du processus de paix devant aboutir à la tenue du dialogue politique inclusif.

Ban Ki-moon demande 6.000 hommes pour le Tchad et la RCA

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Kimoon, a recommandé dans un rapport publié le 17 septembre la création d'une force des Nations Unies d'un effectif maximum de 6.000 hommes pour remplacer l'opération militaire de l'Union européenne au Tchad et en République centrafricaine (EUFOR). Il recommande aussi que le Conseil de sécurité envisage de conserver à l'état de projet la résolution autorisant le déploiement d'une telle force, jusqu'à ce que le secrétariat ait reçu des engagements fermes de la part des états Membres concernant les troupes et les autres éléments d'appui indispensables à la mission.

A propos de la situation sécuritaire dans les deux pays, M. Ban a estimé que des progrès ont été faits en matière de consolidation de la paix et de la stabilité.

Actualités

240 'mamans-paludisme' dans le nord-est

Depuis décembre 2007, l'ONG américaine International Medical Corps (IMC) apporte un appui au centre de santé de Ouadda, une sous-préfecture de la Hautte Kotto dans le nord-est du pays qui compte 8.000 habitants. La réhabilitation du centre, qui fournit également des services de nutrition, vient d'être achevée. Auparavant, IMC avait déjà remis en état les infrastructures sanitaires de Sam Ouandja, Ouanda Djalle et Ouandja, trois localités de la Haute-Kotto et de la Vakaga avoisinante.

Dans les mêmes villes, IMC a mis en place un programme de prise en charge à domicile des malades du paludisme. L'ONG a ainsi formé 240 femmes appelées «mamans-paludisme » sur l'utilisation du Paracheck, le teste rapide de sang pour le diagnostic du paludisme, et sur l'administration du Coartem, le médicament choisi pour traiter la maladie.

Pour plus d'informations : gyogo@imcworldwide.org

Formation en Droits de l'Homme pour MICOPAX

Une trentaine d'officiers et de troupes du contingent Tchadien de la MICOPAX a été sensibilisée sur les principes directeurs relatifs au déplacement des personnes à l'intérieur de leur propre pays, la protection de l'enfance en situation d'urgence et les Droits de l'Homme. La formation a été dispensée au cours de six sessions qui ont eu lieu entre le 11 et le 19 septembre au Camp M'poko à Bangui.

Cet atelier a été mis en œuvre conjointement par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Bureau des Nations Unies en Centrafrique (BONUCA) et le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF). Les sessions de formation font partie intégrante du programme de remise en condition opérationnelle des troupes.

Le BONUCA, le HCR et l'UNICEF entendent poursuivre cette activité de sensibilisation avec les contingents congolais, camerounais et gabonais du MICOPAX à la fin du mois de septembre et au mois d'octobre.

Pour plus d'informations : legast@unhcr.org

16.500 jeunes informés sur le VIH/SIDA

Créée en 1987, l'Association centrafricaine pour le bien être familial (ACABEF) se soucie principalement de l'amélioration du bien être familial à travers la promotion de la santé sexuelle et de la reproduction. Elle s'engage également dans la lutte contre le VIH/SIDA et dispose de deux antennes régionales situées à Bambari dans le centre du pays et à Bossangoa dans le nord-ouest.

En mars 2008, l'Association a démarré un projet financé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) portant sur l'information et la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST) et du VIH/SIDA. Le projet a ciblé les jeunes de Sibut, et des villes affectées par le conflit notamment Kaga Bandoro, Bossangoa, Bozoum et Paoua. Le taux de prévalence du VIH dans ces villes varie entre 2.6% et 7%. Durant l'exécution de ce projet, plus de 16.500 jeunes âgés de 10 à 25 ans ont été touchés par la sensibilisation dispensée par une centaine de pairs éducateurs à raison de 20 pairs éducateurs par localité ciblée. En tout, 12.000 préservatifs masculin et féminin ont été distribués.

ACABEF compte intensifier les activités de mobilisation sociale en direction de la jeunesse à travers ses pairs éducateurs. Par ailleurs, sur demande de la population de Kaga Bandoro et de Sibut, l'association compte mobiliser des ressources additionnelles pour l'ouverture prochaine de deux points de prestation pour les soins obstétricaux d'urgence de base.

Pour plus d'informations : acabef@yahoo.fr

Coordination

Une campagne pour les déplacés internes

La RCA a été sélectionnée comme pays pilote pour une campagne de plaidoyer en faveur des personnes déplacées internes. Ces déplacés sont estimés au nombre de 108.000, tandis qu'environ 85.000 personnes seraient retournées dans leurs villages, souvent détruits par les violences, en 2007 et 2008.

La campagne vise à obtenir une action humanitaire et politique renforcée aux niveaux national et international afin de prévenir les déplacements internes en RCA et d'augmenter la protection et l'assistance fournies aux déplacés et aux retournés. Un atelier de planification de la campagne, soutenu par le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), se tiendra le 8 octobre à Bangui.

Pour toutes informations, veuillez contacter: UN OCHA RCA
Nancy Snauwaert, snauwaert@un.org|+236 75 54 22 78
Gisèle Willybiro, willybiro@un.org|+236 75 54 90 31

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article