Appel à la recomposition du comité d’organisation du dialogue politique inclusif en Centrafrique

Publié le par Apa

APA Bangui (Centrafrique) Les organisations de promotion et de défense des droits de l’homme ont demandé la recomposition du comité d’organisation du dialogue politique inclusif centrafricain, dans un communiqué de presse rendu public, vendredi à Bangui.

«Les organisations de promotion et de défense des droits de l’homme exigent la fixation par le nouveau comité d’organisation d’un chronogramme précis pour la tenue du dialogue politique inclusif», ajoute le communiqué.

Concernant les trois projets de loi d’amnistie à l’origine du regain de tension politique dans le pays, les organisations de défense des droits de l’homme ont demandé «l’adoption par l’Assemblée nationale, d’une loi d’amnistie générale unique excluant les crimes de guerre et toute autre incrimination relevant de la compétence de la Cour pénale internationale (CPI) »

«Elles demandent aux belligérants d’assurer la sécurité des populations civiles sous leur contrôle et de respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme», conclut le communiqué.

La crise post-électorale de 2005, l’exclusion, la mal gouvernance et les violations massives des droits de l’homme ont favorisé l’éclosion de rebellions armées qui terrorisent les populations civiles dans les régions du nord-ouest et le nord-est du pays.

Les mouvements politico-militaires centrafricains se sont retrouvés à Libreville le lundi 15 septembre pour réaffirmer leur adhésion à l’accord global de paix conclu le 21 juin dans la capitale gabonaise, dans la perspective de la tenue du dialogue politique inclusif censé ramener une paix durable en Centrafrique.

Le président Omar Bongo Ondimba préside le comité ad hoc de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) sur les questions centrafricaines.

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article