Italie: six Africains criblés de balles près de Naples, la mafia pointée du doigt

Publié le par Afp

ROME (AFP) — La camorra, la mafia napolitaine, était pointée du doigt vendredi après l'assassinat dans la nuit de six Africains qui ont été criblés de balles près de Caserte (sud) dans ce qui semble être un règlement de comptes lié au trafic de drogue, le plus sanglant intervenu dans cette région.

Six Africains, dont trois Ghanéens, un Libérien, un Togolais et un homme dont la police ne savait pas s'il était du Ghana ou du Libéria, ont été tués par balle lors d'une fusillade jeudi soir à Castelvolturno, sur le littoral au nord de Naples.

Selon l'agence Ansa, trois hommes ont surpris les Africains dans un atelier de textile et ont tiré plus de 80 balles, tuant cinq immigrés sur le coup, tandis qu'un sixième Africain est mort des suites de ses blessures à l'hôtpital.

La fusillade a fait un blessé, originaire du Ghana ou du Liberia d'après les carabiniers, qui a été hospitalisé. Un précédent bilan, jeudi soir, avait fait état de deux blessés.

"Il n'y a jamais eu autant de morts dans une fusillade. C'est un record pour la région", a précisé à l'AFP un responsable des carabiniers à Castelvolturno.

Selon les enquêteurs, cette fusillade pourrait être liée à un règlement de comptes entre le clan mafieux des Casalesi, la mafia locale, et les immigrés actifs dans le trafic de drogue.

"Cette hypothèse doit encore être confirmée", a commenté à l'AFP le responsable des carabiniers.

L'agence Ansa avance l'hypothèse du non paiement d'une somme d'argent à la mafia locale par les étrangers qui se livrent au trafic de drogue dans cette zone.

La responsabilité de la camorra est également mise en cause dans le meurtre d'un Italien de 53 ans membre présumé d'un clan mafieux, propriétaire d'une salle de jeux, survenu une vingtaine de minutes plus tôt dans la même localité.

La police examinait vendredi l'hypothèse d'un lien entre les deux affaires d'assassinats, qui auraient été commis par les mêmes tueurs, avec des mobiles différents cependant, selon des sources policières citées par Ansa.

Les douilles retrouvées par les enquêteurs sur les lieux indiquent que des armes identiques (un revolver de calibre 9 et une kalachnikov) ont été utilisées lors des deux incidents, selon la même source.

"C'est sûr que la main de la camorra est derrière ces massacres. Ici, la mafia impose sa loi et agit en toute tranquillité. C'est l'Etat qui a du mal à imposer sa loi", a réagi le maire de Castelvolturno Francesco Nuzzo.

"Jusqu'à ce que ces messagers de la mort soient vaincus, il y aura toujours un cimetière qui se remplit en raison de la haine et de la violence", a regretté l'archevêque de Naples, le cardinal Crescenzio Sepe.

Le clan des Casalesi qui contrôle le trafic de drogue et la prostitution entre Naples et Caserte, est le plus puissant de la camorra napolitaine.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article