Afrique - Transport : Les ministres de Transport de l’Afrique centrale, en session à Kinshasa

Publié le par Apa

APA - Kinshasa (RDCongo) Les ministres des Transports de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) tiennent depuis lundi, à Kinshasa, une rencontre d’échanges sur les moyens de promouvoir des services de qualité dans le transport aérien.

Participent à la session, qui dure trois jours (15 -17 septembre) les ministres de la République Démocratique du Congo (RDC) du Congo/Brazzaville, de la République Centrafricaine (RCA), du Burundi, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, du Tchad, de Sao Tomé et Principe, d’Angola et du Cameroun.

La rencontre devrait, au terme de ses travaux, valider le Plan d’Action de Transport aérien 2008-2015, et mettre en place un comité de pilotage, pour sa mise en œuvre.

A l’ouverture des travaux, le ministre des Transports de la RDC, Charles Mwando Nsimba, a invité ses homologues de la CEEAC, à un « engagement politique ferme » pour la réussite du Plan, qui met l’accent sur la sûreté, la sécurité, la régularité, pour améliorer les prestations dans le secteur.

Au nombre des objectifs prioritaires évoqués par les experts, pour les populations de la région d’Afrique centrale, le désenclavement par la desserte aérienne, qui attend d’être assurée en toute sécurité.

En juin dernier, ces mêmes experts avaient proposé, à l’issue de leur réunion de quatre jours à Kinshasa, l’application intégrale du plan de Yamoussoukro, parmi les solutions pour assurer des services de qualité dans le secteur du transport aérien en Afrique centrale.

Les participants à cet atelier régional sur le thème « Pour un transport aérien sûr, sécuritaire, régulier et à coûts abordables en Afrique centrale » avaient également proposé une meilleure connexion entre les villes, la réduction des coûts des services aériens, l’amélioration de la sûreté et la supervision de la sécurité de l’aviation civile.

Ils avaient insisté sur la nécessité de favoriser l’acquisition par les opérateurs aériens, d’avions de nouvelle génération, au besoin via le regroupement et le partenariat technique et commercial entre les compagnies aériennes ainsi que la réduction des coûts d’exploitation.

Les experts avaient préconisé la mise en place d’une structure spécialisée devant assurer une meilleure coordination des activités, qui se rapportent à l’aviation au sein du secrétariat général de la CEEAC

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article