AFRIQUE - RADIODIFFUSION : LE NUMERIQUE S'INVITE SUR LES ONDES

Publié le par FRATERNITE MATIN

Radio: 40 pays africains à l’heure numérique
(Fraternite-Matin 28/03/2006)



La salle des fêtes de l’Hôtel Ivoire accueille depuis lundi, la réunion préparatoire de la 2e session de la Conférence régionale des radiocommunications (CRR-06) chargée de planifier le service de Radiodiffusion numérique de terre (RNT) dans les bandes de fréquence 174-230 Mhz et 470-862 Mhz. Jusqu’à demain, les experts provenant de 40 pays du continent, conformément à la résolution 1224 de l’Union internationale des télécommunications (UIT), réfléchiront à la mise en œuvre d’un nouveau plan de fréquences basé sur la technologie numérique dans les pays d’Afrique, bien sûr, mais aussi en Europe, au Moyen- Orient et en République islamique d’Iran, aux fins de la cessation progressive de la radiodiffusion analogique.


En effet, la radiodiffusion numérique présente l’avantage de produire une meilleure qualité visuelle et sonore, en offrant une plus grande disponibilité dans l’utilisation des bandes de fréquence existantes.

 
En fait, la réunion d’Abidjan se tient en prélude à la conférence régionale prévue en mai-juin 2006 à Genève, afin de permettre aux experts africains d’harmoniser leurs positions et d’élaborer des propositions communes sur les principales questions que soulève la planification. Etant entendu que la plupart des émetteurs en Afrique fonctionnent avec la technologie analogique, l’harmonisation revêt un intérêt majeur. C’est à juste titre qu’à la cérémonie d’ouverture, le ministre Hamed Bakayoko des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication interpellera les experts : “Vous aurez également à vous prononcer sur la définition de la période transitoire pendant laquelle les actuels systèmes analogiques devront cohabiter avec les nouveaux systèmes numériques”.

 M. Akossi Akossi, Secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications (UAT), précisera dans la même veine, que son institution “s’assure de la sauvegarde des intérêts de l’Afrique dans les conférences mondiales”. La ministre déléguée à la Communication et les responsables du CTCF, de l’ATCI, du CNCA, de la RTI suivent avec intérêt ses travaux qui s’achèvent demain.

Rémi Coulibaly

© Copyright Fraternite-Matin

Publié dans MEDIAS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article