Santé : Le Congo, la RDC et la Centrafrique s'unissent pour éradiquer la poliomyélite

Publié le par Xinhuanet

BRAZZAVILLE, 4 septembre (Xinhua) -- Les experts des  programmes de vaccination du Congo, de la République démocratique  du Congo ( RDC) et de la République centrafricaine se réunissent  depuis mercredi à Brazzaville, sous l'égide de l'Organisation  mondiale de la santé (OMS), pour évaluer les activités de  vaccination synchronisées entre les trois Etats, afin de contenir  la propagation de la poliomyélite et d'autre maladies  transmissibles à leur frontière commune.  

     Cette concertation placée sous la conduite du ministère  congolais de la Santé, s'inscrit dans le but d'accroître la  vigilance et l'effort de contrôle de la poliomyélite à l'intérieur comme à l'extérieur des trois Etats respectifs.  

     A cette occasion, le directeur des affaires sociales au  ministère congolais de la Santé, M. Florent Niama a indiqué que le défi majeur pour les trois pays consiste à arrêter la transmission du polio-virus de type 1, d'ici à la fin de cette année, et à  éradiquer totalement cette maladie au cours des deux années qui  suivent.  

     La poliomyélite, comme plusieurs autres maladies transmissibles, constituent une menace permanente pour les Etats, du fait de la  mobilité des populations au niveau des frontières et le brassage  des populations occasionné par la porosité des frontières.  

     Défi sanitaire important dans l'amélioration de la santé de la  mère et de l'enfant, la lutte contre la poliomyélite se heurte,  depuis quelques temps, à l'absence de ressources adéquates.  

     Pour éradiquer la poliomyélite, la réunion de Brazzaville se  fixe comme stratégie, dans les trois Etats, de mener des activités concertées de vaccination synchronisées avec l'appui de l'équipe  inter-pays de l'OMS basée à Libreville.  

     Maladie meurtrière, la poliomyélite touche principalement les  enfants de moins de cinq ans. Une infection sur 200 entraîne une  paralysie irréversible.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article