Centrafrique : le gouvernement suspend la campagne cotonnière 2007/2008

Publié le par Acap

Bangui, 11 Août (ACAP)-Le ministre d'Etat au Développement Rural, M. Jean Eudes Téya, a annoncé, au cours d' un point de presse lundi 11 Août 2008 à Bangui, la suspension de la campagne de la campagne cotonnière 2007/2008, pour cause d'intempéries.

Entouré du ministre délégué à l'Agriculture, David Banzokou, et des principaux responsables de la filière coton, M. Téya a lancé un appel aux cotonculteurs centrafricains pour qu'ils mettent à l'abri leur production en attendant la reprise de la campagne, prévue pour octobre-novembre prochain.

Il a, en outre, justifié les difficultés de la filière coton par les contraintes du marché mondial marqué par la baisse des prix consécutive à la pratique des subventions accordées par certains pays à leurs producteurs, notamment les Etats-Unis et la Chine, faisant apparaître aujourd'hui le coton comme "une culture en sursis".

Quant à la République Centrafricaine, le retard enregistré dans le ramassage du coton s'explique par les difficultés financières de l'Etat, la faiblesse du parc automobile, la dégradation des pistes rurales, la destruction de certains ponts, ce qui rend impossible l'accès aux zones de production, a-t-il expliqué.

M. Téya a par ailleurs annoncé une camapgne de sensibilisation qu'il compte mener très prochainement dans les zones cotonnières afin de maintenir la confiance des acteurs de cette culture, qui fait vivre offciellement un million de personnes en République Centrafricaine.

Pour la campagne 2007-2008 en cours, une production de 8 000 tonnes est prévue, contre 2.260 tonnes pour la campagne précédente.

Pour la réalisation de cette campagne, les besoins de financement de la cellule coton, organisme chargé de gérer le secteur en attendant le démarrage effectif des activités de la Société des fibres en Centrafrique (Sofica), s'élèvent à 780 millions F CFA, dont seulement 108 millions sont couverts par l'Etat.

Introduite en Centrafrique par le gouverneur Félix Eboué en 1925 sous la colonisation française, la culture du coton est pratiquée aujourd'hui dans 5 préfectures du centre et du Nord du pays, à savoir l'Ouham, l'ouham Pendé, la Kémo, la Nana Gribizi et la Ouaka.


Lundi 11 Août 2008 - 16:38
Sébastien Lamba/ACAP

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article