Minerais : Une société française va exploiter le diamant au nord du Congo

Publié le par Gaboneco

La société française Motaba Mining va exploiter les diamants bruts à Mimbely et Bangui-Motaba, dans le département de la Likouala, au nord Congo, conformément à une convention de recherche minière signée avec le gouvernement congolais, le 1 août à Brazzaville

La société française Motaba Mining va exploiter les diamants bruts à Mimbely et Bangui-Motaba, dans le département de la Likouala, au nord Congo, conformément à une convention de recherche minière signée avec le gouvernement congolais, le 1 août à Brazzaville.
Selon la convention, signée par le ministre congolais des mines, Pierre Oba, et le directeur général de la Motaba Mining, Jean Stragier, la prospection diamantifère dans la région sera uniquement fluviale, les terres ne seront pas remuées et les recherches ne demanderont pas la suppression de forêts ou l’abattage d’arbres.

«Nous avons fait construire deux plates-formes de forage qui permettront d’extraire les alluvions, les graviers, le sable qui sont au fond des rivières que l’étape de prospection nous a présentées comme étant prometteuses», a indiqué le directeur général de Motaba Mining qui a estimé les premiers travaux à 1 milliard 378 millions FCFA.
L’exploitation du diamant est essentiellement artisanale au Congo où une seule société, la Motaba, est officiellement reconnue pour opérer dans cette filière.

Le Congo a été exclu du processus de Kimberley en juillet 2004 pour avoir exporté des diamants en provenance de la République démocratique du Congo (RDC).

Cette sanction a pénalisé les activités diamantifères dans ce pays qui a finalement été réhabilité en 2007.

En vigueur depuis 2003, le processus de Kimberley repose sur la certification volontaire des diamants garantissant qu’ils ont été exportés légalement et que leur commerce ne finance pas des conflits armés.

Publié dans ECONOMIE

Commenter cet article