Jeux Olympiques : Les noirs sont-ils interdits de bar à Pékin à cause des JO ?

Publié le par Aujourd'hui la Chine

Polémique dans le quartier des bars à Pékin. Des patrons de bistros affirment que la police leur a demandé de ne plus servir les noirs... En quelques heures, l'affaire fait grand bruit sur internet et dans les médias anglo-saxons... Kobe Bryant, Teddy Riner ou Jo-Wilfried Tsonga pourront-ils boire une bière pendant les JO ?
La nuit à Sanlitun

C'est le bureau de la sécurité publique qui aurait ainsi fait le tour des bars, demandant aux tenanciers de signer un document leur interdisant de recevoir des noirs sous peine de fermeture de leur établissement...

"Des responsables du Bureau de la sécurité publique sont venus ces jours-ci, en civil, pour me demander de ne pas servir les Noirs et les Mongols", a déclaré au journaliste du South China Morning Post le copropriétaire d'un bar au style occidental qui a souhaité conserver l'anonymat. Il s'agirait selon ce propriétaire de sévir contre les noirs et les mongoles, afin de réprimer, dans l'esprit de la Sécurité Publique, le trafic de drogue et la prostitution à la veille des Jeux Olympiques.

Le document que les patrons de bar ont signé précise d'autres interdictions pendant les JO : pas de concert ou pas de danse, par exemple. Activités normales dans un bar de Sanlitun habituellement...

Interrogé par les journalistes, un responsable de la police de Sanlitun a répondu sobrement à la question "Avez-vous interdit les noirs dans les bars du quartier ?" : "Non".

Les tenanciers anonymes maintiennent toutefois leurs affirmations. Ils ont conservé des documents fournis par la police. Documents qui confirment les différentes interdictions, à l'exception du bannissement des noirs. Un patron affirme que la police a refusé de leur donner confirmation par écrit, de peur d'être accusée de racisme... un autre patron de bar nuance ces propos "on nous a simplement demander de veiller au trafic de drogue, les noirs peuvent entrer et boire dans notre bar"...

Le blog Beijing boyce, spécialisé dans la nuit pékinoise, a une autre explication. Il pourrait s'agir d'une confusion linguistique... En chinois le terme "black" peut s'écrire de deux manières différentes  : 黑人 (heiren) ou 黑帮 (heibang). Dans un cas il s'agit d'un adjectif racial. Dans l'autre cas il s'agit de désigner de mauvais éléments, comme les éléments d'un gang, mais sans connotation raciale...

L'affaire, révélée ce samedi par le South China Morning Post, a été reprise par de nombreux médias anglo-saxons.

Le quartier de Sanlitun a été l'objet, au printemps, de descentes de police musclée visant la communauté étrangère. La communauté noire avait été visée, mais également de jeunes étudiants blancs du lycée français tout proche.

Pour suivre l'été olympique pékinois, découvrez les nouveaux programmes en vidéo d'Aujourd'hui la Chine !

jeux olympiques

Publié dans LE MONDE

Commenter cet article