Des militaires centrafricains pointés dans des destructions du matériel de pêche à Bosobolo province de l’Equateur

Publié le par Digitalcongo

Regain de tension d’insécurité dans la province de l’Equateur où des soldats centrafricains auraient fait irruption dans la cité de Bosobolo pour y opérer des destructions méchantes de matériel de pêche des indigènes. Les cas d’insécurité sont, ces derniers temps, signalés dans les différentes provinces de la République démocratique du Congo. Les derniers cas en date sont des militaires centrafricains signalés à  la frontière entre RDC et la République Centrafricaine, dans le territoire de Bosobolo, sur la rivière Ubangi.

Selon le Commissaire de district intérimaire du Nord-Ubangi, cité par radiookapi.net, les militaires centrafricains ont traversé la frontière RDC–RCA et emporté du matériel de pêche des riverains congolais. Cette question a été évoquée le mardi 15 juillet 2008, au cours d’une réunion des adminis­trateurs de territoire et du commissaire de district Nord-Ubangi.

A en croire les médias onusiens, l’incident re­monte au 3 juillet 2008. Il s’est produit à la localité de Bili, dans le secteur de Banda, à 50 kilomètres du terri­toire de Bosobolo.

L’administrateur du territoire de Bosobolo et le chef de secteur de Banda, rapportent que des militaires centrafricains avaient franchi la frontière entre la RDC et la RCA sur la rivière Ubangi, tirant en l’air pour faire fuir les pêcheurs congolais. Ces derniers ont fui, abandonnant leurs filets et leurs produits de pêche que les assaillants ont emportés.

A noter que cet incident n’est pas le premier. Il est le deuxième du genre à se produire en l’espace de six mois. devant ces braquages à répétition des militaires centrafricains à la frontière sur la rivière Ubangi.

Suite à cette situation, les autorités de Bosobolo ont demandé à la hiérarchie du district du Nord-Ubangi, de Bili et de Banda, de sécuriser leurs juridic­tions et ses environs.

Séance te­nante, le commissaire de district intérimaire a instruit le commandant du 101ème bataillon de la brigade intégrée des Forces ar­mées de la République démocratique du Congo (FARDC) basée à Gbadolite, à déployer ses hom­mes dans tous les postes frontaliers où s’étaient retirés, en vue de sécuriser la frontière et la po­pulation civile.

S.K./Le Potentiel

Publié dans ACTUALITES NATIONALES

Commenter cet article