L’Union Africaine recommande un gouvernement d’Union nationale au Zimbabwe

Publié le par Apa

APA - Sharm el Sheikh (Egypte) L’Union africaine encourage le Président Robert Mugabe et Morgan Tsvangirai, leader du Mouvement pour un changement démocratique ( MDC, opposition) à « initier un dialogue », pour la « promotion de la paix et la stabilité » au Zimbabwe, rapportent des sources informées, proches du huis clos sanctionné mardi à Sharm el Sheikh, par une résolution d’apaisement.

Selon le document dont la publication était attendue en début de soirée, à Sharm el Sheikh, site du onzième sommet de l’UA, en Egypte, les Chefs d’Etat et de gouvernement se sont exprimés pour la constitution d’un Gouvernement d’Union nationale au Zimambwe

Ils ont en outre encouragé la poursuite de la médiation de la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC), qui en avait confié le soin au Président Thabo Mbéki, d’Afrique du Sud.

Des voix hors du continent s’élèvent depuis quelques temps, particulièrement dans les capitales occidentales, pour mettre la pression sur l’Union africaine, dans un souci d’écarter Robert Mugabe du pouvoir.

Bernard Kouchner, chef de la diplomatie française, parlant au nom de l’Europe dont son pays assure depuis mardi, la présidence tournante a clairement affirmé que l’UE ne reconnaîtrait par un gouvernement, qui ne serait pas dirigé par Morgan Tsvangirai. Réponse anticipée d’un proche de Mugabe « qu’ils (les Occidentaux) aillent se faire pendre ».

Du côté des organes de l’Union africaine, des voix s’élèvent pour attirer l’attention sur le caractère improductif de « nouvelles sanctions » contre Harare.

« Les sanctions ne sont pas le meilleur outil dont dispose la diplomatie moderne », avait déclaré lundi, le Commissaire à la paix et la sécurité de l’UA, Ramtane Lamamra.

La solution à la kenyane, qui a emporté l’adhésion du secrétaire général des Nations Unies, Ban ki-monn, ne serait pas non plus exclue par Morgan Tsvangirai, même si un de ses proches collaborateurs estime que l’heure de la négociation était dépassée.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article