Zimbabwe : Mugabe réélu avec 90,2 % des voix

Publié le par Le Point.fr

Le score est en apparence indiscutable : 90,2 %. La Commission électorale du Zimbabwe a officiellement annoncé, dimanche, la victoire de Robert Mugabe à l'élection présidentielle zimbabwenne à laquelle il était le seul candidat. Au total, Robert Mugabe a obtenu 2.150.269 voix, contre 233.000 à l'opposant Morgan Tsvangirai. Moins de la moitié des 5,9 millions d'électeurs inscrits aux registres ont voté, avec une participation officielle de 42,37%.

Le président sortant n'avait toutefois pas attendu ces résultats pour crier victoire dès samedi soir. "Je vous remercie pour la façon dont vous avez voté, nous avons remporté une victoire écrasante", a-t-il déclaré aux participants aux obsèques de la grand-mère de son épouse dans le village de Chikomba, au sud de Harare, dans un reportage retransmis par la télévision d'Etat. "A Harare, où nous avons été battus dans toutes les circonscriptions sauf une aux élections générales de mars, cette fois pas même une seule d'entre elles n'est allée au MDC", a-t-il ajouté, évoquant les résultats partiels officieux qui lui étaient parvenus.

Une "orgie de violences" depuis le 29 mars (opposition)

Le leader de l'opposition au Zimbabwe Morgan Tsvangirai, qui avait retiré sa candidature de la présidentielle, a d'ores et déjà annoncé qu'il refusait d'assister à la prestation de serment du président Robert Mugabe, où il avait été invité, ont indiqué dimanche des sources à son parti et au gouvernement. "On m'a dit qu'on lui avait téléphoné mais il est évident qu'il ne va pas assister" à la cérémonie, a déclaré le porte-parole de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Nelson Chamisa. "Comment le parti peut-il donner sa bénédiction à quelque chose qu'il a rejeté?", a-t-il ajouté. Un responsable du ministère de l'Information a confirmé que M. Tsvangirai avait été invité à cette cérémonie prévue dimanche après-midi. "Les invitations sont parties. Nous n'avons pas reçu de réponse de M. Tsvangirai ni des autres membres de l'opposition mais nous avons fait ce que nous devions faire", a-t-il déclaré sous couvert de l'anonymat.

A la tête du Mouvement pour le changement démocratique (MDC),le chef de l'opposition Morgan Tsvangirai avait infligé une déroute historique à Robert Mugabe aux élections générales du 29 mars, qui combinaient des législatives avec le premier tour de la présidentielle. Le pouvoir avait alors perdu sa mainmise sur le Parlement et M. Mugabe était arrivé en seconde position avec cinq points de retard. M. Tsvangirai avait jeté l'éponge pour le second tour après avoir constaté une "orgie de violences" depuis le 29 mars.

Publié dans L'AFRIQUE

Commenter cet article